JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

Dieu se révèle

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
20.11.2013 11.22

Juttua muokattu:

1.1. 23:50
2020010123501620131120112200

L’hom­me n’a ja­mais pu at­teind­re le Dieu tout-puis­sant et sa gran­deur par l’in­termé­di­ai­re de son prop­re en­ten­de­ment. Ésaïe, un prophè­te de l’An­cien Tes­ta­ment, écri­vit : « Mais tu es un Dieu qui te cac­hes, Dieu d’Is­raël, Sau­veur » (Es. 45:15). Éga­le­ment, Ésaïe écri­vit : « Car mes pens­ées ne sont pas vos pens­ées, et vos voi­es ne sont pas mes voi­es, dit l’Éter­nel. Au­tant les cie­ux sont élevés au-des­sus de la ter­re, au­tant mes voi­es sont élev­ées au-des­sus de vos voi­es, et mes pens­ées au-des­sus de vos pens­ées » (Es. 55:8-9).

L’hom­me peut ap­p­rend­re à con­naît­re Dieu seu­le­ment de la ma­niè­re que Dieu se révèle à lui. Dieu par­le à l’hom­me dans la na­tu­re, dans les des­tin­ées de la vie, et dans l’his­toi­re des peup­les (Rm. 1:20, Jn. 9:3, Ac. 17:26-27). Il nous par­le à tra­vers la cons­cien­ce (Rm. 2:15). Par­ti­cu­liè­re­ment, Dieu se révèle aux hom­mes dans la Sain­te Bib­le et en not­re Sau­veur Jésus-Christ (Hé. 1:1-3).

Pour un hom­me inc­ro­yant, il est im­pos­sib­le de par­ve­nir à con­naît­re Dieu sans la Pa­ro­le de Dieu. C’est pour­quoi Dieu don­na sa Pa­ro­le aux hom­mes. La Sain­te Bib­le est «le ma­nu­el» de la révéla­ti­on de Dieu. El­le doit tou­jours res­ter la plus hau­te inst­ruc­ti­on de la foi et de la vie (2 P. 1:19-21, Ps. 119:105).

L’hom­me re­çoit la paix en Dieu

Dieu veut se révéler aux hom­mes. « Je t’ai­me d’un amour éter­nel; C’est pour­quoi je te con­ser­ve ma bonté » (Jr. 31:3). L’hom­me est la seu­le créa­tu­re dans le mon­de qui peut en­tend­re la voix de Dieu, met­t­re sa con­fi­an­ce en Dieu, l’ai­mer et le ser­vir. Cela est dû au fait que l’hom­me a été créé à l’ima­ge de Dieu (Gn. 1:27).

Dieu des­ti­na l’hom­me pour viv­re en com­mu­ni­on avec lui. Par consé­qu­ent, le cœur de l’hom­me re­çoit la paix et le re­pos seu­le­ment en Dieu (Mt. 16:26).

La révéla­ti­on de Dieu sur lui-même n’est pas seu­le­ment une lis­te des cho­ses im­por­tan­tes sur Dieu. Avant tout, Dieu veut nous révéler com­ment est sa sain­te et jus­te vo­lonté, qu­el­le est son at­ti­tu­de à l’égard du péché, et qu­el­le sor­te de sa­lut il prépara pour rac­he­ter les hom­mes du pou­voir du péché et de la mort.

Dieu di­ri­ge et con­duit

La Bib­le démont­re qu’éga­le­ment les événe­ments des temps der­niers sont di­rigés par Dieu (2 Th. 2:3-4). Plus la fin du temps et du mon­de ap­p­roc­he, moins les hom­mes res­pec­tent Dieu et sa Pa­ro­le (1 Tm. 4:1; 2 Tm. 3:1-2). Pour­tant, Dieu et sa Pa­ro­le ne changè­rent pas, et ne chan­ge­ront pas (1 P. 1:25; Hé. 13:8).

L’hom­me aus­si res­te au fond le même qu’avant. Il est to­ta­le­ment dépen­dant des soins de Dieu, bien qu’il n’en soit pas cons­cient. Au mi­lieu de chan­ge­ments il est troublé et res­sent de la peur et de l’insé­cu­rité. La com­mu­ni­on avec son Créa­teur lui man­que, même s’il ne le comp­rend pas.

Bien que Dieu ait per­mis que l’esp­rit de l’er­reur aug­men­te (2 Th. 2:11), il con­ti­nue d’ap­pe­ler les hom­mes à la com­mu­ni­on avec lui. Il démont­re son pou­voir dans sa créa­ti­on, dans la­qu­el­le la journ­ée de tra­vail de Dieu con­ti­nue. «Voi­ci, je vais fai­re une chose nou­vel­le, sur le point d’ar­ri­ver: Ne la con­naît­rez-vous pas? » (Es. 43:19). La gran­deur du pou­voir de Dieu et l’in­sig­ni­fi­an­ce de l’hom­me se présen­tent éga­le­ment dans des bou­le­ver­se­ments na­tu­rels, qui ef­f­ra­yent l’esp­rit de l’hom­me (Hé. 12:26-27).

Un des plus grands mi­rac­les et dons de la vie que not­re Créa­teur a ac­cordé est la nais­san­ce d’un en­fant - d’un en­fant qui, dès la con­cep­ti­on, a part à l’œuv­re de rédemp­ti­on du Christ par la foi. Nous cro­yons et re­con­nais­sons que Dieu seul peut ac­cor­der le don de la vie, et c’est lui qui éga­le­ment peut l’ôter. C’est pour­quoi aus­si la ren­cont­re avec la mort in­ter­pel­le l’hom­me.

Dieu ne créa pas l’hom­me pour qu’il soit di­rigé par le ha­sard, mais il con­nais­sait le cours de not­re vie même avant que nous ne so­yons nés (Ps. 139:16). Sou­vent, nous vo­yons dif­fi­ci­le­ment la gui­dan­ce de Dieu dans les des­tin­ées de nos vies ou dans l’his­toi­re des peup­les, par­ce que nous re­gar­dons les cho­ses à tel­le­ment court ter­me et not­re compré­hen­si­on sur el­les est li­mit­ée.

Il est par­ti­cu­liè­re­ment dif­fi­ci­le d’ac­cep­ter que les tri­bu­la­ti­ons de la vie, com­me les ma­la­dies gra­ves ou les ac­ci­dents, soi­ent per­mis par Dieu. Pour­tant, par la foi nous pou­vons re­con­naît­re la gui­dan­ce sage de la main de Dieu dans not­re vie, ain­si que dans cel­le de nos proc­hes. Cela témoig­ne qu’il vaut la pei­ne de croi­re en Dieu et de met­t­re sa con­fi­an­ce en lui. «Que ta vo­lonté soit fai­te» (Mt. 6:10) est tou­jours une priè­re ac­tu­el­le.

La foi est née de l’évan­gi­le

La lec­tu­re de la Bib­le est très im­por­tan­te. Ce­pen­dant, per­son­ne ne peut de­ve­nir jus­te et agr­éab­le à Dieu en li­sant la Bib­le mais, pour cela, il faut la prédi­ca­ti­on du ro­yau­me de Dieu. «Ain­si la foi vient de ce qu’on en­tend, et ce qu’on en­tend vient de la Pa­ro­le de Christ» (Rm. 10:17).

Qu­and Mar­tin Lut­her tra­dui­sit la Bib­le il tra­dui­sit «de ce qu’on en­tend» par le mot «prédi­ca­ti­on». La foi est née de l’Évan­gi­le, qui est la prédi­ca­ti­on de la rémis­si­on des péchés en Jésus-Christ. Cet­te prédi­ca­ti­on peut s’en­tend­re seu­le­ment dans le ro­yau­me de Dieu. Ain­si, l’œuv­re de Christ con­ti­nue com­me l’œuv­re du Saint-Esp­rit dans son Église (Ef. 1:22-23).

L’œil na­tu­rel et l’inc­ro­yan­ce ne voi­ent que le cad­re hu­main de l’Église. Mais par la foi, l’hom­me voit le Dieu misé­ri­cor­die­ux et jus­te, qui vit au mi­lieu de son Église. Même les gens non-cro­yants de l’épo­que de Jésus ne re­con­nu­rent ni le Fils de Dieu, qui en­seig­nait au mi­lieu d’eux, ni sa gloi­re céles­te (Jn. 1:11,14).

Dieu fait con­naît­re son ro­yau­me aus­si aux gens de not­re temps (Es. 2:2). Nous pri­ons que les gens vien­nent écou­ter la Pa­ro­le de Dieu et que Dieu les ai­de, par le re­pen­tan­ce, à de­ve­nir des en­fants de Dieu, car en de­hors de l’Église de Dieu il n’y a pas de sa­lut.

Pour un en­fant de Dieu la Pa­ro­le de la Bib­le et la prédi­ca­ti­on du ro­yau­me de Dieu est «uti­le pour en­seig­ner, pour con­vainc­re, pour cor­ri­ger, pour inst­rui­re dans la jus­ti­ce» (2 Tm. 3:16). L’Évan­gi­le est une puis­san­ce de Dieu pour nous tous (Rm. 1:16).

Tex­te : Kim­mo Puo­li­tai­val

Sour­ce : Sii­o­nin Lä­he­tys­leh­ti 7-8/2012

Tra­duc­ti­on : MP

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä kie­li­liit­tees­sä 11/2013.

20.6.2021

Jee­sus sa­noi: "Ei­vät ter­veet tar­vit­se pa­ran­ta­jaa, vaan sai­raat. Men­kää ja tut­ki­kaa, mitä tämä tar­koit­taa: 'Ar­mah­ta­vai­suut­ta minä tah­don, en uh­ri­me­no­ja." Matt. 9:12-13

Viikon kysymys

Ilmoitukset

Toi­sen­lai­ses­sa va­los­sa

Mi­ka­e­lan per­hees­sä ei pal­jon pu­hu­ta asi­ois­ta. Teh­dään töi­tä, käy­dään kou­lua. Mut­ta jos­sain pin­nan al­la on sa­lai­suus, joka saa äi­din hy­räi­le­mään su­ru­mie­li­ses­ti ja Mi­ka­e­lan sil­mäi­le­mään tar­kem­min muu­ta­mia nuo­ria kou­lun käy­tä­vil­lä ja ruo­ka­las­sa.

Se­läs­sä au­rin­gon kat­se

An­ni­ka Koi­vu­kan­kaan ru­nois­sa heit­täy­dy­tään nuo­ren elä­män aal­lok­koon, sen iloi­hin ja ki­pui­hin, ko­et­te­le­muk­siin ja ar­jen su­loi­seen tur­vaan – kun on us­ko, jo­hon no­ja­ta ja rin­nal­la saat­ta­jia. Sy­viä tun­to­ja ke­ven­tää rai­kas huu­mo­ri: ”Kun­pa voi­sin aset­tua het­kek­si koi­ran turk­kiin. / Tun­tea sen läm­mön / kar­ku­mat­ko­jen tuok­sun / ja myl­lä­tyn kuk­ka­pen­kin ilon. Pai­jaa­via sor­mia riit­täi­si.”

Ome­na­pos­ki ja Nal­le Kar­hu­nen

Kah­dek­san­vuo­ti­as Nal­le Kar­hu­nen on kuu­si­vuo­ti­aan Nu­pun eli Ome­na­pos­ken vii­sas, kilt­ti ja hel­lä iso­ve­li. Jos­kus Nal­le käyt­täy­tyy kuin tal­viu­nil­taan he­rä­tet­ty hur­ja ja äk­ki­pi­kai­nen kar­hu. Sil­loin Nu­pun on pa­ras­ta läh­teä ulos tai lait­taa oman huo­neen ovi vi­sus­ti kiin­ni.

Ta­kai­sin Isän ko­tiin

Kir­joit­ta­jat eri puo­lil­ta maa­il­maa ker­to­vat sii­tä, kuin­ka Ju­ma­la on joh­dat­ta­nut hei­dät val­ta­kun­taan­sa. Ker­to­muk­sia yh­dis­tää ko­ke­mus ko­tiin­pa­luus­ta, Raa­ma­tun mu­kai­sen us­kon löy­ty­mi­ses­tä ja us­ko­vais­ten vä­li­ses­tä rak­kau­des­ta.

Ke­tun­po­jat ja Ja­gu­ar-mies