JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

Édi­to­ri­al: Dieu sau­ve par sa pa­ro­le

vieraskieliset / en-francais
2.4.2014 0.00

La de­vi­se de la gran­de réu­ni­on d’été de l’an­n­ée 2013 à Pu­das­jär­vi, en Fin­lan­de, était les mots ad­res­sés à Jésus par son dis­cip­le Tho­mas : « Mon Seig­neur et mon Dieu ! » Ces mots fu­rent pro­noncés au mo­ment où Tho­mas, dans le dou­te, vit les mains perc­ées du Sau­veur et comp­rit que Dieu avait récon­ci­lié tous les peup­les. La répon­se de Jésus reflè­te la na­tu­re de la foi : « Par­ce que tu m’as vu, tu as cru. Heu­reux ceux qui n’ont pas vu, et qui ont cru ! » (Jean 20 : 29)

On di­rait qu’il était fa­ci­le pour Tho­mas de croi­re, par­ce qu’il put voir Jésus, en­tend­re ses en­seig­ne­ments et même touc­her les mains du Sau­veur, perc­ées sur la croix. Ce­pen­dant, en prêchant et en fai­sant des mi­rac­les dans sa vil­le, Jésus dut cons­ta­ter : « Un prophè­te n’est méprisé que dans sa pat­rie, par­mi ses pa­rents, et dans sa mai­son. » (Marc 6 : 4) Même si be­au­coup de gens con­nais­sai­ent Jésus, ils ne le con­sidé­rai­ent pas com­me le fils de Dieu et com­me leur Sau­veur, car il leur man­qu­ait la foi.

Dans l’Épître aux Hébreux, on peut lire : « La foi est une fer­me as­su­ran­ce des cho­ses qu’on espè­re, une démonst­ra­ti­on de cel­les qu’on ne voit pas. » (Hébr. 11 : 1) Com­me les pro­mes­ses de Dieu s’ouv­rent seu­le­ment par la foi, la rai­son hu­mai­ne ne peut pas les comp­rend­re. Mar­tin Lut­her écrit à ce pro­pos : « Je crois que je ne puis, par ma rai­son et mes prop­res for­ces, croi­re en Jésus-Christ, mon Seig­neur, ni al­ler à lui. Mais c’est le Saint-Esp­rit qui m’a ap­pelé par l’Évan­gi­le » (Le Pe­tit Catéc­his­me)

La foi est un œuv­re de Dieu. El­le sig­ni­fie avoir con­fi­an­ce en Dieu et en sa pa­ro­le. La foi ne dépend d’au­cu­ne qu­a­lité tem­po­rel­le. Tout hom­me est créé et rac­heté par Dieu. À cau­se de la chute d’Adam, l’hom­me a ten­dan­ce à dou­ter et à pécher. C’est une ten­dan­ce dont per­son­ne ne peut se déba­ras­ser, même pas ce­lui qui a reçu le don de la foi. La foi peut être per­due à cau­se du péché. En ef­fet, le péché sépare l’hom­me de Dieu et rompt la con­fi­an­ce et la com­mu­ni­on avec Dieu.

L’apôt­re Pier­re proc­la­ma l’évan­gi­le du Christ dans la mai­son de Cor­neil­le : « Qui­con­que croit en lui re­çoit par son nom le par­don des péchés. » Be­au­coup de gens re­çu­rent la grâce de la re­pen­tan­ce dans cet­te réu­ni­on. Le ser­mon de Pier­re était un témoig­na­ge de la mort et de la résur­rec­ti­on du Christ. Luc décrit l’inf­lu­en­ce de ce ser­mon de la fa­çon sui­van­te : « com­me Pier­re pro­non­çait en­co­re ces mots, le Saint-Esp­rit des­cen­dit sur tous ceux qui écou­tai­ent la pa­ro­le. » (Act. 10 : 44)

L’au­di­teur de la pa­ro­le de Dieu est com­me de­vant le mi­roir où tous ses défauts et péchés sont révélés. L’évan­gi­le récon­for­tant sur Jésus Christ, la rémis­si­on des péchés, est proc­lamé au pécheur péni­tent. La pa­ro­le de Dieu ren­for­ce et nour­rit la foi. En plus, el­le don­ne la for­ce de com­men­cer un nou­ve­au mode de vie et en­gend­re l’amour et la gra­ti­tu­de.

L’évan­gi­le du ro­yau­me de Dieu est ad­res­sé à tout le mon­de. Ceux qui ont reçu le don de la foi trans­met­tent cet­te bon­ne nou­vel­le aux aut­res. Dieu a son prop­re temps dans le tra­vail de l’évan­gi­le. Dieu don­ne à l’hom­me le temps de la vi­si­ta­ti­on, où il lui réveil­le la cons­cien­ce et fait son ro­yau­me ap­p­roc­her de lui. C’est là qu’on a la pos­si­bi­lité de se re­pen­tir et croi­re à la bon­ne nou­vel­le.

Ol­li Lohi

Tra­duc­ti­on: MM

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä kie­li­liit­tees­sä 4/2014.

18.1.2020

Hän on lä­het­tä­nyt mi­nut ju­lis­ta­maan Her­ran rie­mu­vuot­ta, päi­vää, jona Ju­ma­lam­me an­taa pal­kan. Hän on lä­het­tä­nyt mi­nut loh­dut­ta­maan kaik­kia mur­heel­li­sia. Jes. 61:2

Viikon kysymys