JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

Jo­seph ren­cont­ra ses frères avec misé­ri­cor­de

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
10.5.2017 13.48

Juttua muokattu:

1.1. 11:14
2020010111140420170510134800

L’his­toi­re bib­li­que de la ren­cont­re ent­re Jo­seph et ses frères en Egyp­te est une bel­le desc­rip­ti­on de la misé­ri­cor­de et du par­don.

Hu­mai­ne­ment par­lant, Jo­seph au­rait eu rai­son d’être dur et amer en­vers ses frères. Ils l’avai­ent ven­du com­me esc­la­ve à des tra­fi­qu­ants ma­di­a­ni­tes, et pour cela il ar­ri­va fi­na­le­ment dans une pri­son égyp­tien­ne et y pas­sa plu­sie­urs an­n­ées.

Jo­seph ne ren­cont­ra ses frères de nou­ve­au que long­temps après, qu­and ils vin­rent en Egyp­te pour cherc­her de la nour­ri­tu­re. Le pha­ra­on avait nom­mé Jo­seph com­me gou­ver­neur de tou­te l’Egyp­te, et son tra­vail avait été de ras­semb­ler du blé pour les an­n­ées de fa­mi­ne.

Jo­seph eut l’oc­ca­si­on de se ven­ger de ses frères. Ce­pen­dant, il ne se ven­gea pas. Dans les événe­ments il vo­yait la bon­ne in­ten­ti­on et la pro­vi­den­ce de Dieu. Il dit à ses frères : « Main­te­nant, ne vous af­f­li­gez pas et ne so­yez pas fâchés de m’avoir ven­du (pour être con­duit) ici, car c’est pour (vous) gar­der en vie que Dieu m’a en­vo­yé de­vant vous. – – Dieu m’a en­vo­yé de­vant vous pour vous as­su­rer un res­te dans le pays et pour vous per­met­t­re de sur­viv­re par une gran­de déliv­ran­ce. Main­te­nant donc, ce n’est pas vous qui m’avez en­vo­yé ici, mais c’est Dieu » (Gen 45 : 5–8).

Jo­seph par­don­nait de tout cœur

Les frères sont al­lés cherc­her aus­si leur père Ja­cob pour ve­nir en Egyp­te, et tou­te la fa­mil­le est rest­ée là-bas. Qu­and Ja­cob était mort, les frères com­mencè­rent à craind­re qu’en­fin Jo­seph se ven­ge­ra de leurs mau­vai­ses ac­ti­ons. Qu­and Père Ja­cob étant en­co­re vi­vant, ils avai­ent pro­bab­le­ment déjà at­ten­du avec an­gois­se le jour où Ja­cob mour­ra. Ter­ri­fiés, les fréres en­vo­yè­rent un mes­sa­ge à Jo­seph, dans la­qu­el­le ils fi­rent ap­pel aux pa­ro­les de son père : « Ton père a don­né cet ord­re avant de mou­rir : Vous par­le­rez ain­si à Jo­seph : Oh ! je t’en prie, par­don­ne le crime de tes frères et leur péché, car ils t’on fait du mal ! Je t’en prie, par­don­ne main­te­nant le péché des ser­vi­teurs du Dieu de ton père ! » (Gen 50 : 16–17)

Les frères étai­ent des hom­mes cro­yants et ils comp­re­nai­ent d’avoir mal agi. Ils sa­vai­ent que Jo­seph avait ob­te­nu une po­si­ti­on de gran­de puis­san­ce, et qu’il avait la pos­si­bi­lité de rend­re leur vie très dure. Mais ils avai­ent eu peur pour rien, car Jo­seph leur avait déjà par­don­né de tout cœur.

En répon­se à la de­man­de de ses frères, Jo­seph présen­ta le fait que la tâche hu­mai­ne n’est pas de se ven­ger ; c’est uni­qu­e­ment Dieu qui a le pou­voir de ju­ger. Il dit à ses frères : « So­yez sans crain­te ; en ef­fet, suis-je à la place de Dieu ? Vous aviez formé le pro­jet de me fai­re du mal, Dieu l’a trans­formé en bien, pour ac­comp­lir ce qui ar­ri­ve au­jourd’hui et pour sau­ver la vie d’un peup­le nomb­reux. Main­te­nant so­yez donc sans crain­te ; je vais pour­voir à tous vos be­soins et à ceux de vos en­fants. » (Gen 50 : 19 –21) Le fait qu’il avait par­don­né à ses frères de tout cœur, a éga­le­ment ap­pa­ru dans ses ac­tes qu­and il s’est oc­cupé des fa­mil­les de ses frères.

Ren­cont­rer le proc­hain avec l’esp­rit du Christ

On pour­rait dire que Jo­seph avait « l’esp­rit du Christ » (Phil 2 : 5–8). Il ne vou­lait pas répond­re au mal par le mal, mais plutôt il vou­lait ac­cor­der la grâce et en­cou­ra­ger. Par la foi il comp­re­nait que Dieu lui avait aus­si par­don­né be­au­coup, et que même tous ses trésors tem­po­rels étai­ent un don de Dieu.

Aus­si bien Jo­seph que ses frères avai­ent été à l’école de Dieu. Les frères de­vai­ent s’hu­mi­lier et de­man­der par­don pour leurs mau­vai­ses ac­ti­ons. Dans leurs pa­ro­les, il n’ap­pa­raît plus le même or­gu­eil que sur le champ il y avait des an­n­ées, qu­and ils l’ont forcé de par­tir avec les marc­hands d’esc­la­ves.

Sou­vent le fait de s’ex­cu­ser ain­si que de par­don­ner n’est pas fa­ci­le. L’hom­me à la rec­herc­he du ro­yau­me de Dieu doit pas­ser par la por­te étroi­te pour y ent­rer (Matt 7 : 13). A pro­pos de la re­pen­tan­ce quo­ti­dien­ne, c’est une si­tu­a­ti­on si­mi­lai­re : un en­fant de Dieu tombé dans le péché trou­ve sou­vent dif­fi­ci­le de s’hu­mi­lier à de­man­der par­don.

De la même ma­niè­re, il est par­fois très dif­fi­ci­le de par­don­ner. Si on ne peut pas par­don­ner à son proc­hain, il est pos­sib­le que le cœur soit remp­li par l’amer­tu­me, ce qui a de nomb­reu­ses consé­qu­en­ces af­f­li­ge­an­tes. Il est donc im­por­tant de prier Dieu pour avoir la for­ce de de­man­der par­don ain­si que de par­don­ner. Par l’ai­de de Dieu, le cœur sera libéré de l’amer­tu­me et du far­de­au du péché. A la sui­te l’esp­rit sera jo­yeux et misé­ri­cor­die­ux.

Tex­te : Pek­ka Ait­ta­kum­pu

Sour­ce : Sii­o­nin Lä­he­tys­leh­ti 3/2015

Tra­duc­ti­on : S. K.

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä nu­me­ros­sa 10.5.2017

28.11.2021

– Hoo­si­an­na! Siu­nat­tu ol­koon hän, joka tu­lee Her­ran ni­mes­sä! Siu­nat­tu isäm­me Daa­vi­din val­ta­kun­ta, joka nyt tu­lee! Hoo­si­an­na kor­keuk­sis­sa! Mark. 11:9–10

Viikon kysymys