JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

L’hom­me de­vient en­fant de Dieu par la foi simp­le

vieraskieliset / en-francais
10.5.2017 8.49

– J’ai prié pen­dant des di­zai­nes d’an­n­ées pour la rémis­si­on des péchés, m’a dit un hom­me qui ve­nait d’en­tend­re et de croi­re l’évan­gi­le du par­don pour lui-même.

Jésus a don­né à ses dis­cip­les la mis­si­on de prêcher la re­pen­tan­ce et le par­don des péchés. Nous pou­vons en lire dans l’Evan­gi­le de Jean, cha­pit­re 20 : « Re­ce­vez l’Esp­rit Saint. Ceux à qui vous par­don­ne­rez les péchés, ils leur se­ront par­don­nés ». Les cro­yants ont ain­si eu le pou­voir de par­don­ner les péchés et ils con­ti­nu­ent en­co­re de nos jours d’ac­comp­lir la mis­si­on con­fi­ée par Jésus.

Il n’exis­te pas de con­di­ti­ons préa­lab­les con­cer­nant le lieu ou le temps pour la re­pen­tan­ce. Si un hom­me con­fes­se que le péché pèse sur sa cons­cien­ce, le cro­yant a le droit de lui proc­la­mer le par­don des péchés, grâce à la récon­ci­li­a­ti­on de Jésus. Alors, le pécheur fera bien de re­ce­voir la bénédic­ti­on de l’évan­gi­le.

Nous ai­me­ri­ons être de meil­leu­res per­son­nes et amé­li­o­rer nos ac­ti­ons. Ce­pen­dant, la re­pen­tan­ce ne veut pas dire qu’on dev­rait d’abord amé­li­o­rer sa vie pour puis pou­voir re­joind­re le grou­pe des en­fants de Dieu. Jésus aver­tit d’une tel­le re­pen­tan­ce (Matt 12 : 44–45).

La foi trans­for­me la vie

La rai­son et la foi sont par­fois cont­ra­dic­toi­res, car la foi ne peut pas être at­tein­te par la rai­son. Même cela est la vo­lonté de Dieu : « Car puis­que le mon­de, avec sa sa­ges­se, n’a pas con­nu Dieu - -, il a plu à Dieu de sau­ver les cro­yants par la fo­lie de la prédi­ca­ti­on » (1 Cor 1 : 21).

Jésus a sou­ligné l’im­por­tan­ce de la foi de l’en­fant et a pris un en­fant com­me modè­le pour le cro­yant. En­fant a con­fi­an­ce en ses pa­rents : déjà un pe­tit bébé comp­te re­ce­voir les soins néces­sai­res. De la même fa­çon, Dieu voud­rait que nous fas­si­ons con­fi­an­ce à sa pa­ro­le.

L’id­ée que, sur la ter­re, il y ait au­jourd’hui un grou­pe des en­fants de Dieu qui décla­rent le par­don des péchés de­puis la mort de Jésus, est une id­ée fol­le pour la rai­son hu­mai­ne. Mais Dieu a pro­mis dans sa pa­ro­le que ce prêche fou sau­ve­ra ceux qui y croi­ent.

Dieu fait l’évan­gi­le agir dans le cœur de l’hom­me de la fa­çon que ce­lui-ci com­men­ce à por­ter « des fruits de l’Esp­rit ». L’hom­me doit seu­le­ment re­ce­voir la bénédic­ti­on, et Dieu lui don­ne tout le res­te. Par l’évan­gi­le, Dieu nous don­ne la for­ce de croi­re. Qu­and un hom­me a reçu le par­don des péchés, il désire chan­ger sa vie se­lon la vo­lonté de Dieu.

Tex­te : Juha Luok­ka­la

Sour­ce : Päi­vä­mies 27/2015

Tra­duc­ti­on : S. K.

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä nu­me­ros­sa 10.5.2017

20.2.2020

Sa­nat, jot­ka Her­ra on pu­hu­nut, ovat hen­ki ja elä­mä. Joh. 6:63

Viikon kysymys