JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

Le baptê­me – une al­li­an­ce de bon­ne cons­cien­ce

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
16.11.2016 12.24

Juttua muokattu:

1.1. 23:40
2020010123400020161116122400

Le baptê­me est l’un des deux saints sac­re­ments de l’Église évangé­li­que-luthé­rien­ne. Il est ad­mi­nistré d’après le com­man­de­ment du Christ : « Bap­ti­sez-les au nom du Père et du Fils et du Saint-Esp­rit.» L’ord­re de bap­ti­ser fait par­tie de l’ord­re de mis­si­on don­n­ée par Jésus : « Fai­tes de tou­tes les na­ti­ons des dis­cip­les. » L’ord­re d’en­seig­ner s’est at­taché à ces ord­res : » et en­seig­nez-leur à ob­ser­ver tout ce que je vous ai presc­rit. » (Matt. 28 : 18–20). Ce­lui qui est de­ve­nu un dis­cip­le de Jésus doit être bap­tisé et il doit être re­con­nu com­me la prop­riété du Dieu tri­ni­tai­re. En plus, il doit être en­seigné d’après l’ord­re de Jésus.

Le baptê­me d’en­fant et le baptê­me d’adul­te

Le Nou­ve­au Tes­ta­ment nous par­le des oc­ca­si­ons où tou­te la fa­mil­le a été bap­tis­ée. Cel­les-ci comp­ren­nent, ent­re aut­res, une his­toi­re du baptê­me de Ly­die et sa fa­mil­le (Ac­tes 16 : 14–15) et un récit de la con­ver­si­on du geô­lier de Phi­lip­pes et sa fa­mil­le (Ac­tes 16 : 30–34). À cet­te épo­que la fa­mil­le se com­po­sait du père, de la mère, des en­fants, de la do­mes­ti­cité et tous les memb­res de la fa­mil­le qui vi­vai­ent dans une mai­son. Il est no­tab­le que déjà au début de l’épo­que chrétien­ne les en­fants tout pe­tits étai­ent bap­tisés. Le Père de l’Église Origè­ne dit dans son temps (Doct­ri­ne chrétien­ne 1948, 60) : « L’Église a reçu des apôt­res la tra­di­ti­on de bap­ti­ser les pe­tits en­fants ».

La foi d’en­fant

Not­re Créa­teur nous ac­cor­de des en­fants. Se­lon la Bib­le, ils sont les « dons du Seig­neur ». Déjà au temps de l’An­cien Tes­ta­ment, les cro­yants pen­sai­ent que l’en­fant était béni dès le vent­re de sa mère. (Ps 22 : 10–11). L’en­fant re­çoit le don de la grâce par la foi et il est sauvé par l’œuv­re ex­pi­a­toi­re du Christ. La Bib­le an­non­ce que « l’hom­me est jus­ti­fié par la foi sans les œuv­res de la loi « (Rom 3 : 28). Même pas un en­fant n’est jus­ti­fié sans foi. Qu­and un en­fant ou un adul­te croit cela lui est im­puté à jus­ti­ce par Dieu.

À la célébra­ti­on du baptê­me nous pou­vons ad­mi­rer la foi d’en­fant que Jésus nous prit com­me modè­le. Mais qu’est-ce qu’il y a en un en­fant qui le fait méri­ter le ro­yau­me de Dieu ? Se­lon la pa­ro­le de Dieu, il n’y a rien de bon en lui. Il est af­fecté par le péché ori­gi­nel. Ain­si, nous ne pou­vons pas jus­ti­fier la dig­nité d’un en­fant par ses qu­a­lités hu­mai­nes. La Bib­le ne per­met pas non plus de pen­ser que l’en­fant soit spi­ri­tu­el­le­ment mort avant le baptê­me. Si tel était le cas, Jésus n’eut pas prit un en­fant com­me modè­le de foi. L’en­fant est agr­éab­le à Dieu seu­le­ment par la foi jus­ti­fi­an­te. Se­lon la Bib­le – et aus­si, se­lon la con­fes­si­on luthé­rien­ne – la foi est l’œuv­re du Saint-Esp­rit. Cha­cun qui a l’esp­rit du Christ Lui ap­par­tient, aut­re­ment dit il est un cro­yant.

Dès la nais­san­ce, l’en­fant est le modè­le de foi : la grâce du Sau­veur lui ap­par­tient et ses péchés sont ex­piés au Gol­got­ha.

Le baptê­me est une al­li­an­ce

Le baptê­me est une al­li­an­ce de grâce et de bon­ne cons­cien­ce. Le baptê­me rap­pel­le les en­fants de Dieu qu’ils sont liés à la mort du Christ et qu’ils res­sus­ci­te­ront des morts com­me Lui. La per­son­ne bap­tis­ée marc­he en nou­ve­auté de vie à Dieu (Rom 6 : 4–5). Les en­fants de Dieu com­bat­tent par la foi dans l’al­li­an­ce de grâce du baptê­me. À la cérémo­nie du baptê­me nous pou­vons voir la conc­lu­si­on de cet­te al­li­an­ce lors­que la pa­ro­le de Dieu et l’eau se com­bi­nent. L’al­li­an­ce est tou­jours en vi­gu­eur de la part de Dieu. Il lui-même veut nous soig­ner et ai­mer dans sa misé­ri­cor­de. Le baptê­me nous ex­hor­te à re­je­ter les far­de­aux et le péché et à la­ver not­re cœur avec l’eau de la vie, aut­re­ment dit l’évan­gi­le. À la célébra­ti­on du baptê­me, les pa­rents, les par­rains et mar­rai­nes, les grands-pa­rents et les proc­hains de­man­dant que l’en­fant bap­tisé soit protégé dans l’al­li­an­ce du baptê­me et puis­se abou­tir au ciel un jour.

L’en­ga­ge­ment du baptê­me

Com­me le baptê­me est une al­li­an­ce de bon­ne cons­cien­ce, il nous en­seig­ne à gar­der la foi et une bon­ne cons­cien­ce. Le com­bat pour avoir une bon­ne cons­cien­ce sig­ni­fie tou­jours la lut­te cont­re le péché ain­si que la re­pen­tan­ce du péché. Lut­her en écrit basé sur le si­xiè­me cha­pit­re des épîtres aux Ro­mains : « Que sig­ni­fie alors ce gen­re de baptê­me d’eau? Cela imp­li­que que le vie­il hom­me, qui est en nous, doit être noyé dans une cont­ri­ti­on et une re­pen­tan­ce de tous les jours, qu’il doit mou­rir avec tous ses péchés et ses con­voi­ti­ses, et que, tous les jours aus­si, doit re­naît­re en nous un hom­me nou­ve­au, qui vive à ja­mais dans la jus­ti­ce et la pu­reté de­vant Dieu. » (Doct­ri­ne chrètien­ne 1948, 59.)

Les bap­tisés dans le soin de l’Église de Dieu

L’Église de Dieu prend soin d’un en­fant de Dieu dans l’al­li­an­ce de grâce. Il est im­por­tant que le bap­tisé soit en­ra­ciné pour tou­te sa vie dans l’Église de Dieu où il a des com­pag­nons de vo­ya­ge. Nomb­re de gens ont per­du la foi et une bon­ne cons­cien­ce, qu­and ils se sont per­dus dans le mon­de. Dans ce cas, c’est seu­le­ment par la re­pen­tan­ce qu’on peut rent­rer dans l’Église de Dieu et par­mi les sauvés. Le cro­yant peut être agr­éab­le à Dieu seu­le­ment par la foi. Lors­que nous avons la lu­miè­re de la foi dans nos cœurs, nous ar­ri­ve­rons à la gloi­re du ciel un jour.

Tex­te : Mat­ti Kin­nu­nen

Sour­ce : Vuo­si­kir­ja 2006, Oi­kea ja vää­rä

Tra­duc­ti­on : M. M.

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä nu­me­ros­sa 16.11.2016

4.7.2020

"Minä ope­tan si­nua", sa­noo Her­ra, "minä osoi­tan si­nul­le oi­ke­an tien. Minä neu­von si­nua, kat­see­ni seu­raa as­ke­lei­ta­si." Ps. 32:8

Viikon kysymys