JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

Le plus grand dans le ro­yau­me des cie­ux

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
20.11.2013 11.26

Juttua muokattu:

1.1. 23:50
2020010123503120131120112600

Pour la pre­miè­re fois, Jésus avait parlé à ses dis­cip­les du che­min de souf­f­ran­ce qui l’at­ten­dait: il dev­rait al­ler à Jéru­sa­lem et souf­f­rir be­au­coup ent­re les mains des an­ciens du peup­le, des grands prêtres et des maît­res de la loi. Il se­rait tué, mais il res­sus­ci­te­rait le troi­siè­me jour. Les dis­cip­les fu­rent at­t­ristés par les pa­ro­les de Jésus. Il semb­le donc un peu étran­ge que, peu après, ils lui de­mandè­rent: « Qui est donc le plus grand dans le ro­yau­me des cie­ux? »

L’hom­me est am­bi­tie­ux et va­ni­teux. Il ai­me­rait être qu­el­que chose et se mont­rer mie­ux que les aut­res. Cela était vrai aus­si chez les dou­ze dis­cip­les choi­sis par Jésus. Par­mi eux, Pier­re, Jac­qu­es et Jean étai­ent les plus proc­hes de Jésus. C’étai­ent eux qui, peu de temps avant, avai­ent pu mon­ter sur la mon­tag­ne de la trans­fi­gu­ra­ti­on avec Jésus. Mais même cela n’en était pas as­sez pour con­vainc­re les aut­res de la supé­ri­o­rité de ces trois dis­cip­les. C’est pour­quoi ils posè­rent la qu­es­ti­on di­rec­te­ment à Jésus.

En­fant com­me exemp­le

Jésus répon­dit à la qu­es­ti­on de ses dis­cip­les avec une le­çon concrè­te et mémo­rab­le. Il ap­pe­la un pe­tit en­fant, le plaça au mi­lieu d’eux et dit: « En vérité je vous le dis, si vous ne vous con­ver­tis­sez et si vous ne de­ve­nez com­me des pe­tits en­fants, vous n’ent­re­rez point dans le ro­yau­me des cie­ux. »

Les dis­cip­les se sou­ci­aient des pre­miè­res pla­ces dans le ro­yau­me des cie­ux, mais ils avai­ent complè­te­ment oub­lié com­ment on res­te dans ce ro­yau­me et com­ment on at­teind le ciel un jour. Nous, les en­fants de Dieu d’au­jourd’hui, avons la ten­dan­ce de pen­ser de la même ma­niè­re. C’est pour­quoi il est tou­jours im­por­tant de nous rap­pe­ler que, dans le ro­yau­me de Dieu, il y a seu­le­ment des vo­ya­geurs sur le che­min étroit qui croi­ent par la grâce.

Par ses mots, Jésus n’en­tend pas que les cro­yant dev­rai­ent être naïfs, mais qu’ils dev­rai­ent gar­der un esp­rit prop­re qui ca­racté­ri­se un en­fant. En ef­fet, un en­fant met sa con­fi­an­ce en ses pa­rents et re­çoit le soin, l’amour, la cha­leur et la pro­tec­ti­on de leur part. D’après l’en­seig­ne­ment de Jésus, l’en­fant est l’exemp­le d’un cro­yant même de nos jours. Jésus dit: « Lais­sez les en­fants ve­nir à moi, ne les en empêc­hez pas, car le ro­yau­me de Dieu est pour ceux qui sont com­me eux » (Marc 10:14).

L’en­fant est le plus grand dans le ro­yau­me des cie­ux

Jésus pour­sui­vit son en­seig­ne­ment: « C’est pour­quoi qui­con­que se rend­ra humb­le com­me cet en­fant sera le plus grand dans le ro­yau­me des cie­ux ». Être grand dans le ro­yau­me de Dieu, c’est être pe­tit et humb­le.

Les juifs de l’épo­que de Jésus étai­ent con­nus pour leur ten­dan­ce à présen­ter or­gu­eil­leu­se­ment leurs prop­res ver­tus. Les grecs, de leur part, étai­ent enc­lins à mépri­ser l’hu­mi­lité. Dans ce con­tex­te, les id­ées de Jésus fu­rent tou­tes neu­ves: l’hom­me ne doit pas cherc­her à être grand, mais il doit plutôt as­pi­rer à être pe­tit! L’esp­rit d’un en­fant chez un adul­te est un sec­ret du ro­yau­me de Dieu. Les pens­ées de Dieu sont, en ce su­jet com­me en be­au­coup d’aut­res, aus­si loin des pens­ées de l’hom­me que le ciel est loin de la ter­re.

« Et qui­con­que re­çoit en mon nom un pe­tit en­fant com­me ce­lui-ci, me re­çoit moi-même » (Mt. 18:5) Nous ne nous ren­dons pas tou­jours comp­te de la va­leur du soin d’un pe­tit en­fant. Ce­lui qui re­çoit un en­fant chez lui au nom de Jésus, re­çoit en même temps le meil­leur ami des en­fants, le Seig­neur Jésus Christ.

Ju­ge­ment de meu­le de mou­lin

Fai­re tom­ber dans le péché qu­el­qu’un d’in­no­cent est une chose grave. Jésus dit: « Mais si qu­el­qu’un de­vait cau­ser la chute de l’un de ces pe­tits qui met­tent leur foi en moi, il se­rait avan­ta­geux pour lui qu’on lui sus­pen­de une meu­le de mou­lin au cou et qu’on le noie au fond de la mer » (Mt. 18:6). Cela pour que la per­son­ne en qu­es­ti­on ne pour­rait plus at­ti­rer les en­fants et ceux qui ont l’esp­rit d’un en­fant en de­hors du ro­yau­me de Dieu.

Cher en­fant de Dieu, sois ras­suré malgré tout. Dieu s’oc­cu­pe des siens même dans ce temps qui est plein de ten­ta­ti­ons. Nous les en­fants de Dieu, nous avons cha­cun not­re an­ge gar­dien qui nous gar­de­ra tous les jours de not­re vie. Dans le ro­yau­me de Dieu, on en­tend tou­jours la proc­la­ma­ti­on du par­don des péchés au nom et au sang de not­re Rédemp­teur. Ce­lui qui se rend humb­le et gar­de l’esp­rit d’un en­fant est le plus grand dans le ro­yau­me des cie­ux.

Tex­te : Os­vald Cars­lon

Sour­ce : Sii­o­nin Lä­he­tys­leh­ti 10/2001

Tra­duc­ti­on : PS

Teks­tis­sä kä­si­tel­lään seu­raa­via raa­ma­tun­koh­tia: Mt. 18:1–6

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä kie­li­liit­tees­sä 11/2013.

20.6.2021

Jee­sus sa­noi: "Ei­vät ter­veet tar­vit­se pa­ran­ta­jaa, vaan sai­raat. Men­kää ja tut­ki­kaa, mitä tämä tar­koit­taa: 'Ar­mah­ta­vai­suut­ta minä tah­don, en uh­ri­me­no­ja." Matt. 9:12-13

Viikon kysymys

Ilmoitukset

Toi­sen­lai­ses­sa va­los­sa

Mi­ka­e­lan per­hees­sä ei pal­jon pu­hu­ta asi­ois­ta. Teh­dään töi­tä, käy­dään kou­lua. Mut­ta jos­sain pin­nan al­la on sa­lai­suus, joka saa äi­din hy­räi­le­mään su­ru­mie­li­ses­ti ja Mi­ka­e­lan sil­mäi­le­mään tar­kem­min muu­ta­mia nuo­ria kou­lun käy­tä­vil­lä ja ruo­ka­las­sa.

Se­läs­sä au­rin­gon kat­se

An­ni­ka Koi­vu­kan­kaan ru­nois­sa heit­täy­dy­tään nuo­ren elä­män aal­lok­koon, sen iloi­hin ja ki­pui­hin, ko­et­te­le­muk­siin ja ar­jen su­loi­seen tur­vaan – kun on us­ko, jo­hon no­ja­ta ja rin­nal­la saat­ta­jia. Sy­viä tun­to­ja ke­ven­tää rai­kas huu­mo­ri: ”Kun­pa voi­sin aset­tua het­kek­si koi­ran turk­kiin. / Tun­tea sen läm­mön / kar­ku­mat­ko­jen tuok­sun / ja myl­lä­tyn kuk­ka­pen­kin ilon. Pai­jaa­via sor­mia riit­täi­si.”

Ome­na­pos­ki ja Nal­le Kar­hu­nen

Kah­dek­san­vuo­ti­as Nal­le Kar­hu­nen on kuu­si­vuo­ti­aan Nu­pun eli Ome­na­pos­ken vii­sas, kilt­ti ja hel­lä iso­ve­li. Jos­kus Nal­le käyt­täy­tyy kuin tal­viu­nil­taan he­rä­tet­ty hur­ja ja äk­ki­pi­kai­nen kar­hu. Sil­loin Nu­pun on pa­ras­ta läh­teä ulos tai lait­taa oman huo­neen ovi vi­sus­ti kiin­ni.

Ta­kai­sin Isän ko­tiin

Kir­joit­ta­jat eri puo­lil­ta maa­il­maa ker­to­vat sii­tä, kuin­ka Ju­ma­la on joh­dat­ta­nut hei­dät val­ta­kun­taan­sa. Ker­to­muk­sia yh­dis­tää ko­ke­mus ko­tiin­pa­luus­ta, Raa­ma­tun mu­kai­sen us­kon löy­ty­mi­ses­tä ja us­ko­vais­ten vä­li­ses­tä rak­kau­des­ta.

Ke­tun­po­jat ja Ja­gu­ar-mies