JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

Par­don­ner, c’est cal­mant et agr­éab­le

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
26.9.2018 16.07

Juttua muokattu:

31.12. 09:28
2019123109282220180926160700

Trois fil­les jou­ent en­semb­le dans la cour et réfléchis­sent sur deux cho­ses im­por­tan­tes : de­man­der par­don et par­don­ner.

Il s’agit de deux amies ve­nan­tes du sud de la Fin­lan­de, Lil­ja Kla­si­la et Bet­tii­na Tuo­maa­la, ain­si que la cou­si­ne de Bet­tii­na, Ron­ja Koi­vis­to, qui vient du nord de la Fin­lan­de. Les trois fil­les font le CM1.

–Si qu­el­qu’un a mal fait, il faut qu’il de­man­de par­don. Pa­reil s’il s’est mo­qué de qu­el­qu’un, dit Lil­ja.

–Il faut aus­si de­man­der par­don s’il y a eu des qu­e­rel­les, dit Ron­ja.

–Et puis si on pous­se ou fait mal à qu­el­qu’un par ac­ci­dent, il est bon de dire par­don, ajou­te Lil­ja.

De­man­der par­don n’est pas tou­jours fa­ci­le se­lon les fil­les.

Il n’est pas tou­jours pos­sib­le de fai­re la récon­ci­li­a­ti­on im­mé­di­a­te­ment. En général il est plus fa­ci­le de par­don­ner que de­man­der par­don.

– Par­fois c’est fa­ci­le de de­man­der par­don et par­fois c’est dif­fi­ci­le. Au cas où on ne veut pas de­man­der par­don ni par­don­ner, tous les deux se sen­ti­ront mal, pen­se Lil­ja.

– Qu­and on sait qu’on a fait du mal à une aut­re per­son­ne, cela rend vrai­ment tris­te, dit Bet­tii­na.

Jésus à don­ne un don précie­ux à cha­que cro­yant : le pou­voir de par­don­ner les pêches de l’un et l’aut­re au nom et au sang de Jésus.

Les pa­rents se par­don­nent aus­si ent­re eux dans la même ma­niè­re et ils par­don­nent leurs en­fants. Se­lon les fil­les les mots du par­don sont cal­mants et agr­éab­les.

À l’école aus­si on a be­soin de con­naît­re le par­don. Cer­tains ont be­soin de plus de temps pour se récon­ci­lier et cer­tains aut­res sont plus ra­pi­des. Les fil­les ra­con­tent qu’il est bon qu’un en­seig­nant ou un aut­re adul­te sou­vent ai­de les en­fants à se récon­ci­lier ent­re eux.

Qu­el­qu­e­fois nos trois co­pi­nes aus­si ont des désac­cords ent­re el­les. – En ce mo­ment nous res­tons si­len­cie­u­ses pour qu­el­qu­es ins­tants, puis nous par­lons un peu et après nous som­mes déjà prêtes à de­man­der par­don, ra­con­te Lil­ja.

Tex­te : Han­na Kor­ki­a­kos­ki

Tra­duc­ti­on : EG

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä nu­me­ros­sa 22.8.2018

3.6.2020

Jee­sus sa­noo: "To­ti­ses­ti, to­ti­ses­ti: sil­lä, joka us­koo, on ikui­nen elä­mä." Joh. 6:47

Viikon kysymys