JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

Sauvé pour ser­vir le proc­hain

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
15.2.2019 10.27

Juttua muokattu:

23.12. 02:44
2019122302442120190215102700

La foi con­for­me à la Bib­le est tou­jours vi­ta­le pour l’hom­me. Sans foi il est im­pos­sib­le d’être agr­éab­le à Dieu (Hébr 11 : 6).

La foi, en­gendr­ée de l’écou­te de l’évan­gi­le du ro­yau­me de Dieu, nous ouv­re la voie qui mène à la vie éter­nel­le. Voilà pour­quoi, c’est l’évan­gi­le saint de Dieu qui est le plus grand trésor de la vie d’un chrétien.

La rédemp­ti­on et l’ex­pi­a­ti­on de l’hom­me tombé dans le péché ont éxigé le plus grand sac­ri­fi­ce : le Fils de Dieu s’est don­né lui-même en­tiè­re­ment à nous, et n’a rien re­te­nu qu’il ne nous ait don­né. (Le Grand Catéc­his­me).

La foi vi­van­te por­te des fruits de l’Esp­rit (Gal 5 : 22). El­le nous don­ne la vo­lonté et la for­ce de ser­vir Dieu et nos proc­hains. Grâce à la foi, le chrétien n’est pas oi­sif, car l’amour de Dieu lui ouv­re les ye­ux pour voir le proc­hain qui a be­soin d’ai­de.

Le chrétien vit pour le Christ et pour le proc­hain : pour le Christ par la foi et pour le proc­hain par l’amour (Mar­tin Lut­her).

La Bib­le et l’his­toi­re nous en­seig­nent ce que pro­vo­que l’amour de Dieu. Par cet amour, l’hom­me ne cal­cu­le pas, ni n’es­ti­me ce qu’il va ob­te­nir pour lui-même.

Un chrétien ne s’en­ga­ge pas dans des ac­ti­ons d’amour pour avoir la répu­ta­ti­on d’un hom­me bon, ni pour son prop­re hon­neur. Ces ac­ti­ons ne sont pas re­cens­ées.

Paul a exp­rimé le prin­ci­pe de la di­a­co­nie chrétien­ne ain­si : « Que cha­cun don­ne com­me il l’a résolu en son co­eur, sans tris­tes­se ni cont­rain­te; car Dieu ai­me ce­lui qui don­ne avec joie » (2 Cor 9 : 7).

Qu­and Dieu don­ne sa bénédic­ti­on, nous pou­vons réus­sir à be­au­coup fai­re en nous dévou­ant pour nos proc­hains et au tra­vail de l’évan­gi­le.

La doct­ri­ne chrétien­ne résume tou­te la vie d’un chrétien en ces mots : Qu­and, par la grâce, Dieu nous par­don­ne nos péchés, cela pro­vo­que l’amour, la re­con­nais­san­ce et l’ob­éis­san­ce dans nos cœurs. Ce sont ces cho­ses-là qui nous font ser­vir Dieu et nos proc­hains (La doct­ri­ne chrétien­ne 1948 : 85).

La Bib­le par­le des si­tu­a­ti­ons où les chrétiens ont dis­cuté com­ment ils pour­rai­ent ai­der ceux qui en ont be­soin. Un pas­sa­ge des Ac­tes des Apôt­res sert de modè­le d’une si­tu­a­ti­on où on pla­ni­fie et or­ga­nisé l’ac­ti­vité di­a­co­na­le de l’Eg­li­se ori­gi­nel­le (Act 6 : 1–4).

La vi­si­on chrétien­ne de l’hom­me nous fait ser­vir not­re proc­hain. Cet­te res­pon­sa­bi­lité con­tient un sou­tien men­tal, spi­ri­tu­el et maté­riel.

Jésus, qui n’est pas venu ici pour être ser­vi, mais pour nous ser­vir lui-même, a con­firmé le doub­le com­man­de­ment d’amour (Matt 22 : 37–39). En ser­vant d’exemp­le lui-même, il nous a en­seigné quel gen­re d’at­ti­tu­de nous dev­ri­ons avoir en­vers nos proc­hains. La fa­çon la plus précie­u­se de ser­vir les aut­res est de par­ler de l’évan­gi­le.

Tex­te : Tex­te : Ju­ha­ni Liuk­ko­nen

Tra­duc­ti­on : OR

Sour­ce : Pub­lié le 20 juin 2018 dans Jour­nal de Mis­si­on de Sion

18.5.2021

Sinä päi­vä­nä Her­ra on ole­va koko maan­pii­rin ku­nin­gas. Hän on ole­va yk­si ja ai­noa Ju­ma­la ja hä­nen ni­men­sä ai­noa, jota avuk­si huu­de­taan. Sak. 14:9

Viikon kysymys

Ilmoitukset

Toi­sen­lai­ses­sa va­los­sa

Mi­ka­e­lan per­hees­sä ei pal­jon pu­hu­ta asi­ois­ta. Teh­dään töi­tä, käy­dään kou­lua. Mut­ta jos­sain pin­nan al­la on sa­lai­suus, joka saa äi­din hy­räi­le­mään su­ru­mie­li­ses­ti ja Mi­ka­e­lan sil­mäi­le­mään tar­kem­min muu­ta­mia nuo­ria kou­lun käy­tä­vil­lä ja ruo­ka­las­sa.

Se­läs­sä au­rin­gon kat­se

An­ni­ka Koi­vu­kan­kaan ru­nois­sa heit­täy­dy­tään nuo­ren elä­män aal­lok­koon, sen iloi­hin ja ki­pui­hin, ko­et­te­le­muk­siin ja ar­jen su­loi­seen tur­vaan – kun on us­ko, jo­hon no­ja­ta ja rin­nal­la saat­ta­jia. Sy­viä tun­to­ja ke­ven­tää rai­kas huu­mo­ri: ”Kun­pa voi­sin aset­tua het­kek­si koi­ran turk­kiin. / Tun­tea sen läm­mön / kar­ku­mat­ko­jen tuok­sun / ja myl­lä­tyn kuk­ka­pen­kin ilon. Pai­jaa­via sor­mia riit­täi­si.”

Ome­na­pos­ki ja Nal­le Kar­hu­nen

Kah­dek­san­vuo­ti­as Nal­le Kar­hu­nen on kuu­si­vuo­ti­aan Nu­pun eli Ome­na­pos­ken vii­sas, kilt­ti ja hel­lä iso­ve­li. Jos­kus Nal­le käyt­täy­tyy kuin tal­viu­nil­taan he­rä­tet­ty hur­ja ja äk­ki­pi­kai­nen kar­hu. Sil­loin Nu­pun on pa­ras­ta läh­teä ulos tai lait­taa oman huo­neen ovi vi­sus­ti kiin­ni.

Ta­kai­sin Isän ko­tiin

Kir­joit­ta­jat eri puo­lil­ta maa­il­maa ker­to­vat sii­tä, kuin­ka Ju­ma­la on joh­dat­ta­nut hei­dät val­ta­kun­taan­sa. Ker­to­muk­sia yh­dis­tää ko­ke­mus ko­tiin­pa­luus­ta, Raa­ma­tun mu­kai­sen us­kon löy­ty­mi­ses­tä ja us­ko­vais­ten vä­li­ses­tä rak­kau­des­ta.

Ke­tun­po­jat ja Ja­gu­ar-mies