JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

La loi de Dieu et sa sig­ni­fi­ca­ti­on

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
11.5.2015 15.43

Juttua muokattu:

1.1. 23:53
2020010123532520150511154300

La loi est exac­te et exi­ge­an­te. Jésus en­seig­nait que déjà une mau­vai­se in­ten­ti­on du cœur suf­fit pour transg­res­ser la loi de Dieu. Per­son­ne ne peut viv­re sans of­fen­ser Dieu, mais la loi est ab­so­lue : el­le exi­ge une ob­ser­va­ti­on im­pec­cab­le.

L’œuv­re par­fai­te du Christ

Paul en­seig­na: « Car chose im­pos­sib­le à la loi, par­ce que la chair la ren­dait sans for­ce, - Dieu a con­damné le péché dans la chair, en en­vo­yant, à cau­se du péché, son prop­re Fils dans une chair semb­lab­le à cel­le du péché. » (Rom 8 : 3) Com­me l’hom­me n’est pas par­fait et qu’il ne peut viv­re sans of­fen­ser la vo­lonté de Dieu, Dieu lui-même en­vo­ya son Fils en tant qu’un hu­main sur la ter­re afin de déliv­rer ceux qui étai­ent sou­mis à la loi. (Gal 4 : 4 – 5)

Jésus est le seul à avoir vécu en­tiè­re­ment se­lon la vo­lonté de Dieu. Not­re sa­lut n’est pas fondé sur not­re vie im­pec­cab­le mais sur la per­fec­ti­on du Christ. Le che­min vers la com­mu­ni­on avec Dieu, c’est Jésus-Christ et non pas l’ob­ser­va­ti­on de la loi. La fonc­ti­on de la loi, c’est de fai­re con­naît­re à l’hom­me son péché, puis di­ri­ger l’hom­me réveil­lé vers le Christ, au mi­lieu de ses fidè­les. Les en­fants de Dieu prêchent l’évan­gi­le qui don­ne la vie par la puis­san­ce du Saint-Esp­rit. L’Esp­rit Saint sus­ci­te la foi de l’hom­me et lui rend l’œuv­re par­fai­te du Christ.

La jus­ti­ce de la loi et la jus­ti­ce de la foi

La Bib­le fait une clai­re dis­tinc­ti­on ent­re la jus­ti­ce par l’ob­ser­va­ti­on de la loi et la jus­ti­ce de la foi. Paul pre­nait Ab­ra­ham com­me exemp­le dans son en­seig­ne­ment. En ef­fet, ce père de la foi cro­yait à la pro­mes­se de Dieu, et cela lui fut compté com­me jus­ti­ce. Ab­ra­ham n’était pas jus­te, c’est-à-dire agr­éab­le à Dieu, par ses prop­res œuv­res mais par sa foi. Par cont­re, ceux qui cherc­hent la jus­ti­fi­ca­ti­on dans la loi sont sous la malé­dic­ti­on de la loi. (Gal. 3 ; Rom. 4.)

Paul dit : « Or, la loi ne procè­de pas de la foi ; mais el­le dit : Ce­lui qui met­t­ra ces cho­ses en pra­ti­que viv­ra par el­le. Christ nous a rac­heté de la malé­dic­ti­on de la loi, étant de­ve­nu malé­dic­ti­on pour nous – car il est écrit : Mau­dit est qui­con­que est pen­du au bois - afin que la bénédic­ti­on d’Ab­ra­ham eût pour les pa­ïens son ac­comp­lis­se­ment en Jésus-Christ, et que nous re­çus­si­ons par la foi l’Esp­rit qui avait été pro­mis. » (Gal 3 : 12 – 14)

La jus­ti­ce par l’ob­ser­va­ti­on de la loi et la jus­ti­ce par la foi ne s’ac­cor­dent pas ; au cont­rai­re, el­les s’exc­lu­ent. C’est ce que Paul sou­lig­na aux Ga­la­tes : « Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui cherc­hez la jus­ti­fi­ca­ti­on dans la loi ; vous êtes déchus de la grâce. »

La ser­vi­tu­de de la loi et la li­berté du chrétien

Paul con­seil­la les Ga­la­tes : « C’est pour la li­berté que Christ nous a af­f­ranc­his. De­meu­rez donc fer­mes, et ne vous lais­sez pas met­t­re de nou­ve­au sous le joug de la ser­vi­tu­de. » (Gal 5 : 1) La loi ne don­ne pas la for­ce pour l’ob­ser­ver, par cont­re, el­le exi­ge et ob­li­ge seu­le­ment. C’est pour­quoi Paul par­lait de la ser­vi­tu­de de la loi et con­seil­lait aux chrétiens de ne pas ac­cep­ter cet­te ser­vi­tu­de. Un esc­la­ve doit ob­éir à la vo­lonté de son maît­re en tou­te chose. La ser­vi­tu­de de la loi sig­ni­fie qu’on suit des règles. On pour­rait pen­ser que les lis­tes des règles ai­de­rai­ent la vie en tant que cro­yant ; el­les plai­sent à not­re rai­son. Mais la foi vi­van­te, ce n’est pas ob­ser­ver les règles. En ef­fet, nul n’est agr­éab­le à Dieu par l’ob­ser­va­ti­on des règles. Il n’est même pas pos­sib­le d’éla­bo­rer en avan­ce des modè­les d’ac­ti­ons pour tou­tes les si­tu­a­ti­ons de la vie. Dieu, en son Fils, déliv­ra les chrétiens de cet­te tâche. Dieu lui-même di­ri­ge les siens par le Saint-Esp­rit qu’il don­ne dans le cœur de tous les cro­yants.

La cons­cien­ce d’un chrétien est liée à la Pa­ro­le de Dieu. Le Saint-Esp­rit con­seil­le les memb­res du ro­yau­me de Dieu en ce qui con­cer­ne les qu­es­ti­ons de la vie et de la foi.

La loi di­ri­ge un hom­me de l’exté­rie­ur, mais l’Esp­rit-Saint le fait de l’inté­rie­ur d’un cro­yant. Les chrétiens agis­sent se­lon la vo­lonté de Dieu vo­lon­tai­re­ment. L’Esp­rit de Dieu en­seig­ne que la vo­lonté de Dieu est bon­ne et qu’el­le sus­ci­te aus­si la vo­lonté de la res­pec­ter. La grâce de Dieu nous en­seig­ne à re­non­cer aux con­voi­ti­ses mon­dai­nes. (Tit 2 : 11 – 12) L’Esp­rit Saint di­ri­ge même un chrétien tombé dans le péché. L’Esp­rit ex­hor­te alors le pécheur à la re­pen­tan­ce ; il don­ne aus­si la for­ce pour la récon­ci­li­a­ti­on. L’œuv­re par­fai­te du Christ récon­ci­lie la chute d’un hom­me avec Dieu. Pour­tant, un hom­me doit lui-même prend­re la res­pon­sa­bi­lité de ses ac­tes de­vant la loi tem­po­rel­le.

Tex­te : Ilk­ka Leh­to

Tra­duc­ti­on : Lee­na-Mai­ja Kent­tä­mies

Sour­ce : Kris­ti­tyn va­paus, Ajan­koh­tais­ta 2014

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä kie­li­liit­tees­sä 6.5.2015.

5.7.2020

Jee­sus sa­noo: "Mene, älä­kä enää tee syn­tiä." Joh. 8:11

Viikon kysymys