JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

Le baptê­me en vue de la re­pen­tan­ce

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
10.5.2017 8.41

Juttua muokattu:

1.1. 11:13
2020010111135920170510084100

Jean-Bap­tis­te était un pi­on­nier. Il prépa­rait le che­min pour Jésus dans les cœurs des hom­mes. Il le fai­sait en prêchant : « Re­pen­tez-vous, car le ro­yau­me des cie­ux est proc­he » (Matt 3 : 2).

Ses pa­ro­les touc­hai­ent les cœurs des gens. Ce n’était pas éton­nant, tel­le­ment ses pa­ro­les étai­ent per­ti­nen­tes. El­les fai­sai­ent mal. Par exemp­le, il dit aux Pha­ri­siens et scri­bes : « Ra­ces de vipè­res, qui vous a ap­p­ris à fuir la colè­re à ve­nir ? Pro­dui­sez donc du fruit dig­ne de la re­pen­tan­ce » (Matt 3 : 7–8).

Chez be­au­coup d’au­di­teurs, les pa­ro­les de Jean sus­ci­tai­ent une cont­ri­ti­on et une an­gois­se à cau­se du péché. Pous­sés par cet­te an­gois­se, les gens con­fes­sai­ent leurs péchés. Le baptê­me de Jean était un baptê­me en vue de la re­pen­tan­ce. Ceux qui se sen­tai­ent pécheurs et con­fes­sai­ent leurs péchés, ont été bap­tisés.

Le baptê­me de Jésus

Même Jésus vint au fleu­ve du Jour­dan vers Jean, pour être bap­tisé par lui. Se­lon Mat­t­hieu, Jean con­nais­sait Jésus. Il sa­vait que Jésus était in­no­cent. C’est pour­quoi il s’éton­nait de l’ar­riv­ée de Jésus pour « le baptê­me des pécheurs », donc il s’y op­po­sa en di­sant : « C’est moi qui ai be­soin d’être bap­tisé par toi et c’est toi qui viens à moi ! » Jésus fit tai­re Jean en di­sant :« Lais­se fai­re main­te­nant, car il est con­ve­nab­le que nous ac­comp­lis­si­ons ain­si tou­te jus­ti­ce » (Matt 3 : 13–15).

Dieu est un Dieu jus­te et équi­tab­le. Il exi­ge la per­fec­ti­on et donc aus­si la rédemp­ti­on des of­fen­ses. La chute d’Adam a amené la colè­re et la pu­ni­ti­on de Dieu sur nous, les hom­mes. Pour s’échap­per de la colè­re de Dieu, l’hom­me de­vait rac­he­ter ses of­fen­ses. Vu que l’hom­me pécheur n’y était pas con­ve­nab­le, Dieu décida de rac­he­ter les péchés de tous les hom­mes lui-même en son Fils.

Dieu le Père a posé la det­te des péchés du mon­de en­tier sur les épau­les de son Fils in­no­cent et im­ma­culé. De cet­te ma­niè­re, le ser­vi­teur jus­te du Seig­neur a ap­porté la jus­ti­ce à be­au­coup d’hom­mes (Es 53 : 11). En por­tant nos péchés, Jésus a été compté par­mi les transg­res­seurs.

Même si Jésus lui-même n’avait pas péché, le fait de por­ter nos péchés l’ont ren­du pécheur. Il vint chez Jean pour être bap­tisé, afin d’ac­comp­lir la vo­lonté jus­te de Dieu. Jean bap­ti­sa Jésus de la même ma­niè­re dont il bap­ti­sait les aut­res hom­mes qui avai­ent con­fes­sé leurs péchés.

La présen­ce du Père, du Fils et du Saint-Esp­rit

Lors­que Jésus sor­tit de l’eau, les cie­ux s’ouv­ri­rent et Jésus vit l’Esp­rit de Dieu des­cend­re com­me une co­lom­be et ve­nir sur lui. Et voi­ci qu’une voix fit en­tend­re des cie­ux ces pa­ro­les : « Ce­lui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis tou­te mon af­fec­ti­on » (Matt 3 : 16–17).

En ce mo­ment, la Tri­nité de Dieu était présen­te : le Père dont la voix se fit en­tend­re, le Fils étant sor­ti de l’eau et le Saint-Esp­rit en for­me d’une co­lom­be. La présen­ce de tou­te la Tri­nité témoig­nait du plan com­mun du Père, du Fils et du Saint-Esp­rit et du com­men­ce­ment de la phase du rac­hat.

En son temps, le Père avait pro­mis de créer le mon­de et l’hom­me. Il sa­vait ce que de­vait ar­ri­ver qu­and l’hom­me ren­cont­re­rait la ten­ta­ti­on de l’en­ne­mi de l’âme : l’hom­me tom­be­rait dans le péché. C’est pour­quoi le Père, déjà avant la créa­ti­on, se mit d’ac­cord avec le Fils con­cer­nant la rédemp­ti­on. Le Fils pro­mit de l’ac­comp­lir (Ps 2 : 6–8).

L’œuv­re du Christ au­rait resté inac­hev­ée, si le Saint-Esp­rit n’avait pas con­ti­nué le tra­vail après les souf­f­ran­ces, la mort, la résur­rec­ti­on et l’As­cen­si­on du Christ.

Le tra­vail se pour­suit

Le Dieu en trois per­son­nes agit tou­jours. Il n’a pas aban­don­né à son sort le mon­de qu’il a créé et rac­heté. Com­me Seig­neur de la vie et la mort, le Père crée tout le temps de la nou­vel­le vie. En ef­fet, c’est le Créa­teur sou­ve­rain et maît­re ab­so­lu de la vie. La do­mi­na­ti­on sur la vie et la mort n’a pas été don­n­ée à l’hom­me.

L’œuv­re de rédemp­ti­on du Fils est tou­jours en vi­gu­eur. Ni l’or ni l’ar­gent ne suf­fi­sent pour le pai­e­ment des péchés. C’est seu­le­ment le sang de l’ex­pi­a­ti­on du Fils de Dieu qui est suf­fi­sant pour ex­pier les péchés. En­co­re au­jourd’hui, cet­te rédemp­ti­on est réa­lis­ée par le Saint-Esp­rit.

L’œuv­re du Christ se pour­suit com­me œuv­re du Saint-Esp­rit dans son Église. Dans la proc­la­ma­ti­on du ro­yau­me de Dieu, on en­tend l’ap­pel à la re­pen­tan­ce, mais aus­si un mes­sa­ge doux du par­don des péchés. En en­vo­yant ses dis­cip­les au tra­vail, Jésus pro­mit : « Re­ce­vez le Saint-Esp­rit, ceux à qui vous par­don­ne­rez les péchés, ils leur se­ront par­don­nés » (Jean 20 : 23).

Tex­te : Ai­mo Hau­ta­mä­ki

Sour­ce : Päi­vä­mies 1/2016

Tra­duc­ti­on : S. S.

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä nu­me­ros­sa 10.5.2017

2.6.2020

Jee­sus sa­noi: "Ei ku­kaan voi tul­la mi­nun luok­se­ni, el­lei Isä, joka mi­nut on lä­het­tä­nyt, vedä hän­tä. Sen, joka tu­lee, minä he­rä­tän vii­mei­se­nä päi­vä­nä." Joh. 6:44

Viikon kysymys