JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

Le ma­ri­a­ge est des­tiné à du­rer tou­te la vie

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
16.11.2016 12.28

Juttua muokattu:

1.1. 23:40
2020010123400020161116122800

Jésus dit : « N’avez-vous pas lu que le Créa­teur, au com­men­ce­ment, fit l’hom­me et la fem­me et qu’il dit : C’est pour­quoi l’hom­me quit­te­ra son père et sa mère et s’at­tac­he­ra à sa fem­me, et les deux de­viend­ront une seu­le chair. Ain­si ils ne sont plus deux, mais une seu­le chair. Que l’hom­me ne sépare donc pas ce que Dieu a uni. » (Matt 19 : 4–6)

Le ma­ri­a­ge béni par Dieu

Le ma­ri­a­ge fait par­tie du saint ord­re de la créa­ti­on de Dieu, et il s’agit d’une chose bel­le et na­tu­rel­le. Dieu a ins­tal­lé le ma­ri­a­ge pour que la fem­me et l’hom­me se sen­tent bien. Le ma­ri­a­ge est éga­le­ment im­por­tant pour la vie so­ci­a­le or­ga­nis­ée, car les fa­mil­les bas­ées sur le ma­ri­a­ge sont des cel­lu­les de base de la so­ciété.

Puis­qu’il est qu­es­ti­on d’une chose im­por­tan­te, le ma­ri­a­ge doit être cons­ti­tué et béni par la pa­ro­le de Dieu et par la priè­re. Dieu a uni Adam et Eve pour une vie com­mu­ne, et de la même fa­çon il veut unir les époux en­co­re au­jourd’hui.

Le ma­ri­a­ge est une uni­on vo­lon­tai­re ent­re un hom­me et une fem­me. Dans la pro­mes­se de ma­ri­a­ge, le coup­le s’en­ga­ge à mont­rer de la fidé­lité et de l’amour aux bons jours com­me aux mau­vais jours jus­qu’à la mort. L’amour con­ju­gal n’est pas uni­qu­e­ment un sen­ti­ment, même si be­au­coup de gens en pen­sent ain­si. Par cont­re, il s’agit d’une vo­lonté et d’une as­pi­ra­ti­on complè­te même dans les mo­ments où les ma­riés n’éprou­vent pas de sen­ti­ments par­ti­cu­liè­re­ment tend­res l’un en­vers l’aut­re.

Pas deux mais un seul

Jésus a en­seigné avec emp­ha­se : « C’est pour­quoi l’hom­me quit­te­ra son père et sa mère et s’at­tac­he­ra à sa fem­me, et les deux de­viend­ront une seu­le chair. » Ces mots de Jésus réfèrent aus­si bien à la con­ne­xi­on émo­ti­on­nel­le qu’aux rap­ports se­xu­els.

Dieu n’unit per­son­ne à un ma­ri­a­ge tem­po­rai­re, mais tou­jours pour tou­te la vie. Que l’hom­me ne sépare donc pas ce que Dieu a uni. L’an­ne­au d’al­li­an­ce est un sym­bo­le du ma­ri­a­ge. Il n’a pas de com­men­ce­ment ni de fin. Il sym­bo­li­se ain­si le fait que le ma­ri­a­ge est prévu à être in­di­vi­sib­le et à con­ti­nu­er tout au long de la vie. Dans la lan­gue d’ori­gi­ne de la Bib­le, le mot « ma­ri­a­ge » sig­ni­fie lit­té­ra­le­ment « col­ler fer­me­ment en­semb­le ».

Être fidè­le l’un à l’aut­re

La fidé­lité con­ju­ga­le imp­li­que plus que la fidé­lité se­xu­el­le. El­le con­tient aus­si le soin et la res­pon­sa­bi­lité de l’aut­re. Un tel en­ga­ge­ment ap­por­te un sen­ti­ment de sécu­rité, où il n’y a pas de crain­te de l’aban­don. C’est un grand pri­vilè­ge de pou­voir par­ta­ger la vie en­tiè­re avec une aut­re per­son­ne à qui on peut par­ler de tout – de bon­nes et de mau­vai­ses cho­ses et des crain­tes. À un bon époux on ose mont­rer même sa faib­les­se. Se­lon Jésus, le di­vor­ce et le re­ma­ri­a­ge ain­si que le mar­ri­a­ge avec une per­son­ne répu­di­ée sont des péchés de l’adultè­re (Matt 19 : 9 ; Marc 10 : 11-12 ; Luc 16 : 18). Les di­vor­ces cau­sent be­au­coup de souf­f­ran­ce, spéci­a­le­ment dans la vie des en­fants.

Une res­pon­sa­bi­lité com­mu­ne

Le ma­ri­a­ge est aus­si bien un don qu’une mis­si­on. En ef­fet, dans la lan­gue d’ori­gi­ne de la Bib­le, l’exp­res­si­on « Dieu joint » veut dire « Dieu met sous le même joug ». Au temps de la Bib­le, les champs étai­ent la­bourés en fai­sant marc­her deux bœufs côte à côte, ti­rant une même char­rue. Le joug était une tra­ver­se posé sur la nu­que par la­qu­el­le les bœufs étai­ent at­tachés l’un à l’aut­re. Le bran­card de la char­rue était at­taché à ce joug. De la même ma­niè­re, les époux sont at­tachés à la char­rue com­mu­ne de la res­pon­sa­bi­lité pour le ti­rer côte à côte. L’apôt­re met le Christ en exemp­le d’un mari qui s’oc­cu­pe de sa fa­mil­le : le Christ a soigné l’Église et a don­né sa vie pour el­le (Éph 5 : 25). Dans le ma­ri­a­ge, nous pou­vons voir que Dieu nous don­ne l’époux pour ai­de dans la joie et dans la pei­ne de la vie. On peut se ma­rier en se sen­tant bien en sécu­rité.

Dans le ma­ri­a­ge, la créa­ti­on de Dieu con­ti­nue par les nou­vel­les généra­ti­ons. En plus de la res­pon­sa­bi­lité, les en­fants ap­por­tent la joie et la bénédic­ti­on à la fa­mil­le. En éle­vant ses en­fants, les époux peu­vent se joind­re à la suc­ces­si­on des généra­ti­ons en tant que mère et père et ai­der à const­rui­re un bon ave­nir pour leur pays. Il y a un sens à leur vie.

Main­te­nir la com­mu­ni­on avec l’Église

Même après s’être ma­riés, la fem­me et l’hom­me res­tent deux per­son­nes uni­qu­es, créées par Dieu. Dans les qu­es­ti­ons fon­da­men­ta­les de la foi, les époux doi­vent trou­ver une po­si­ti­on com­mu­ne. Par cont­re, dans be­au­coup de qu­es­ti­ons tem­po­rel­les ils peu­vent être d’avis cont­rai­re. Un coup­le qui res­pec­te l’un l’aut­re en tant qu’in­di­vi­dus séparés peut été com­paré aux arb­res se trou­vant côte à côte, se ba­lan­çant dans le vent qui les bou­ge dans les di­rec­ti­ons dif­fé­ren­tes.

Être unis dans le ma­ri­a­ge n’imp­li­que pas s’iso­ler du mon­de exté­rie­ur. Il est néces­sai­re que tous les deux époux main­tien­nent leurs con­tacts avec leurs fa­mil­les et leurs amis. Tout simp­le­ment, ces con­tacts se trans­for­ment de nou­ve­au. Ce qui est im­por­tant aus­si, c’est la com­mu­ni­on avec l’Église. Il est bien d’al­ler sou­vent écou­ter la pa­ro­le de Dieu et d’être en con­tact avec les com­pag­nons de vo­ya­ge. Ain­si, par ses con­seils de grâce, Dieu peut soig­ner la vie de foi et le ma­ri­a­ge des deux époux.

Soignés par l’évan­gi­le

À cau­se de la na­tu­re hu­mai­ne cor­rom­pue par le péché, il y a aus­si des jours dif­fi­ci­les dans le ma­ri­a­ge. La pre­miè­re dis­cor­de fa­mi­li­a­le peut être un choc : est-ce bien la fin de not­re ma­ri­a­ge ? Il y a be­au­coup de pro­fes­si­on­nels qui se sont spéci­a­lisés pour ai­der les coup­les en dif­fi­cultés. Mais les époux peu­vent se ren­seig­ner des gens plus proc­hes aus­si, par exemp­le des coup­les ma­riés plus âgés.

Qu­and l’un des deux époux décède, et que le ma­ri­a­ge est ain­si dis­sous, l’aut­re se rend comp­te dans qu­el­le me­su­re les deux s’étai­ent at­tachés l’un à l’aut­re. Par l’ai­de de Dieu et avec le sou­tien des amis, il est pos­sib­le de se re­met­t­re même de cet­te per­te. Jus­qu’à la fin, on a tenu la pro­mes­se de l’amour et de la fidé­lité à la­qu­el­le on s’était en­gagé qu­and on avait été ma­rié. Un cro­yant est con­solé par l’espé­ran­ce de ret­rou­vail­les.

Tex­te : Leo Väy­ry­nen

Sour­ce : Ajan­koh­tais­ta 2006, Oi­kea ja vää­rä

Tra­duc­ti­on : Satu Ko­mu­lai­nen et Ou­ti Rum­mu­kai­nen

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä nu­me­ros­sa 16.11.2016

28.11.2021

– Hoo­si­an­na! Siu­nat­tu ol­koon hän, joka tu­lee Her­ran ni­mes­sä! Siu­nat­tu isäm­me Daa­vi­din val­ta­kun­ta, joka nyt tu­lee! Hoo­si­an­na kor­keuk­sis­sa! Mark. 11:9–10

Viikon kysymys