JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

Le Saint Esp­rit

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
5.12.2019 15.35

Juttua muokattu:

2.1. 11:02
2020010211022720191205153500

« En ef­fet, là où deux ou trois sont ras­semblés en mon nom, je suis au mi­lieu d’eux. » En fai­sant con­fi­an­ce à cet­te pro­mes­se, nous nous som­mes sou­vent réu­nis à l’écou­te de la pa­ro­le de Dieu et des exp­li­ca­ti­ons de la pa­ro­le de Dieu. Com­ment une tel­le gran­de pro­mes­se est-el­le pos­sib­le?

Jésus est res­sus­cité est il est as­sis à la droi­te de Dieu le Père. Nous ne pou­vons ni le voir, ni l’en­tend­re par nos sens. Pour­tant, il est au mi­lieu de nous dans son ro­yau­me. Cela n’est pos­sib­le que par l’Esp­rit Saint, dans la pa­ro­le et les sac­re­ments.

Les dis­cip­les ont eu la tâche d’al­ler dans le mon­de en­tier et de proc­la­mer l’évan­gi­le. La tâche est im­men­se : fai­re de tou­tes les na­ti­ons des dis­cip­les, les bap­ti­ser en nom de Jésus et leur en­seig­ner à te­nir les en­seig­ne­ments de Jésus. Pour les dis­cip­les, en tant que créa­tu­res hu­mai­nes, la tâche était trop gran­de. Der­riè­re les por­tes ferm­ées, les dis­cip­les étai­ent crain­tifs.

Les révéla­ti­ons de Jésus res­sus­cité ont con­vain­cu les dis­cip­les et el­les leur ont don­né du cou­ra­ge. Après avoir en­se­ve­lie de la mort, Jésus est ap­pa­ru aux dis­cip­les. Il les en­seig­nait à con­naît­re le ro­yau­me de Dieu. Jésus a pro­mis de ne pas lais­ser les dis­cip­les seuls. Ils ne se­ront pas orp­he­lins dans le mon­de ; le Saint Esp­rit leur sera don­né com­me ou­til de tra­vail.

Le Saint Esp­rit réveil­le la foi

Le Saint Esp­rit est une des trois per­son­nes de Dieu. Cha­cu­ne de ces per­son­nes a une tâche im­por­tan­te.

Dix jours après la résur­rec­ti­on de Jésus, le Saint Esp­rit est des­cen­du sur les dis­cip­les. Ils l’ont pu voir par leur sens na­tu­rels. Les dis­cip­les fu­rent tous remp­lis du Saint Esp­rit et se mi­rent à par­ler en d’aut­res lan­gu­es, se­lon que l’Esp­rit leur don­nait de s’exp­ri­mer.

(Act 2 : 1–13). Nous nous rap­pe­lons cet événe­ment cha­que Pen­tecô­te.

La péri­o­de ent­re la Pen­tecô­te et le der­nier ju­ge­ment s’ap­pel­le le temps de Saint Esp­rit.

Le Saint Esp­rit don­nait le pou­voir, la for­ce et le ta­lent aux pre­miers dis­cip­les à proc­la­mer l’évan­gi­le com­me Jésus en avait en­seigné. Les en­seig­ne­ments et le tra­vail de Jésus con­ti­nu­ent ici sur la ter­re par le Saint Esp­rit.

La pre­miè­re Pen­tecô­te, 3000 hom­mes ont cru l’évan­gi­le et ils ont fait la re­pen­tan­ce après le prêche de Pier­re. C’était le Saint Esp­rit qui a réveil­lé la foi dans leur cœurs.

La pro­mes­se des prophè­tes con­cer­nant la nou­vel­le al­li­an­ce et la dif­fu­si­on du Saint Esp­rit était remp­lie. Les sig­nes de Dieu se trou­vai­ent sur la ter­re com­me au ciel. Le mont de Zion était le re­fu­ge et ceux qui étai­ent ap­pelés par Dieu, étai­ent sauvés. (Jer. 31 : 31−34 ; Joel 3 : 1−5.)

La foi et les fruits de l’Esp­rit

Le mi­rac­le de la nais­san­ce de la foi peut se pro­dui­re au­jourd’hui en­co­re. En ef­fet, il est pos­sib­le qu’un hom­me séparé de Dieu de­vien­ne de nou­ve­au en­fant de Dieu. C’est par la prédi­ca­ti­on de la re­pen­tan­ce que Dieu ap­pel­le un hom­me incré­du­le à croi­re, à se re­pen­tir et à ent­rer dans son ro­yau­me. Au mo­ment où l’hom­me re­çoit la bon­ne nou­vel­le du ro­yau­me de Dieu, ce qui est le par­don des péchés par le mérite de Jésus-Christ, il de­vient ci­to­yen du ro­yau­me de Dieu et il a part de tous les bons ca­de­aux de Dieu.Tout cela lui est don­né grâce à la vie im­pec­cab­le de Jésus, à sa souf­f­ran­ce et à sa mort sur la croix. Le Saint Esp­rit démont­re à l’hom­me re­pen­ti que ce­lui-ci est agr­éab­le à Dieu, et que le Christ lui-même est sa seu­le jus­ti­ce. La foi ne naît pas du rai­son­ne­ment de l’hom­me, ni du pou­voir hu­main. La rai­son hu­mai­ne est in­ca­pab­le de comp­rend­re Dieu ou les sec­rets du ro­yau­me de Dieu. Le Saint Esp­rit in­vi­te l’hom­me chez lui par l’évan­gi­le, en­gend­re la foi chez lui, et l’en­cou­ra­ge à gar­der la foi et la bon­ne cons­cien­ce. En plus du ca­de­au de la foi, le Saint Esp­rit nous don­ne d’aut­res ca­de­aux aus­si ; en ef­fet, le fruit de l’esp­rit, c’est l’amour, la joie, la paix, la pa­tien­ce, la bonté, la bénig­nité, la fidé­lité, la dou­ceur et la tempé­ran­ce. (Gal. 5 : 22–26) Le plus précie­ux de ces ca­de­aux est l’amour. Avec les ca­de­aux du Saint Esp­rit nous pou­vons l’em­por­ter sur les œuv­res de la chair, sur tou­te l’im­pu­reté. Le Saint Esp­rit nous ai­de et nous con­duit à une compré­hen­si­on où nous dis­cer­nons le péché et la grâce. Il s’agit du tra­vail du Saint Esp­rit et d’un état d’âme. Cet­te œuv­re du Saint Esp­rit est ap­pel­ée sanc­ti­fi­ca­ti­on. La grâce nous en­seig­ne à re­je­ter le péché et à viv­re de la fa­çon à ce que la vo­lonté de Dieu soit fai­te. Ce gen­re de mode de vie, cet­te vo­lonté, cet­te lut­te cont­re le péché et son pou­voir - tout cela est ap­pelé com­bat du chrétien.

Le mi­nistè­re du Saint Esp­rit

Tous les cro­yants ont le droit, la pos­si­bi­lité et le de­voir de par­ler de Jésus. Un hom­me cro­yant est un mi­nist­re du Saint Esp­rit. En ef­fet, Jésus lui-même nous a don­né cet­te mis­si­on im­por­tan­te : par son au­to­ri­sa­ti­on et par le pou­voir du Saint Esp­rit, nous prêchons le par­don des péchés. Dieu le Père a en­vo­yé son fils dans le mon­de, et ce­lui-ci de son tour nous a en­vo­yé dans le mon­de. « Ce­lui qui vous écou­te, m’écou­te » , nous as­su­re not­re Seig­neur res­sus­cité (Luc 10 : 16). Ce­lui qui en­tend la rémis­si­on des péchés proc­lam­ée par un cro­yant pos­sé­dant le Saint Esp­rit dans son âme, n’en­tend pas uni­qu­e­ment la voix d’un hom­me, mais l’ap­pel même du Jésus-Christ. Là, il s’agit de l’ap­pel de Dieu. Le Saint Esp­rit ap­pel­le, ras­semb­le et éclair­cit son église. En tant que l’Esp­rit de la Vérité, il con­duit l’hom­me à la lu­miè­re de la pa­ro­le de Dieu, et en tant que l’Esp­rit de la grâce il nous con­so­le et nous par­don­ne les péchés. Et en­fin, un jour il nous res­sus­ci­te­ra d’ent­re les morts et nous don­ne­ra la vie éter­nel­le.

Tex­te : Mau­no So­ro­nen

Pub­lié dans le liv­re Us­kon aak­ko­sia, (L’Alp­ha­bet de la foi) SRK 2012

Tra­duc­ti­on : PD et PS

25.10.2020

Jee­sus sa­noi ope­tus­lap­sil­le: "Men­kää, minä lä­he­tän tei­dät kuin lam­paat su­sien kes­kel­le. Äl­kää ot­ta­ko mu­kaan­ne ra­ha­kuk­ka­roa, äl­kää lauk­kua äl­kää­kä jal­ki­nei­ta." Luuk. 10:3–4

Viikon kysymys