JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

Con­ver­tis­sez-vous et vous viv­rez

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
10.5.2017 8.45

Juttua muokattu:

1.1. 11:13
2020010111135920170510084500

Le péché est une mau­vai­se chose: il rompt l’amour et sépare l’hom­me de Dieu et du proc­hain. Ézéchiel écrit: ”Si le jus­te se détour­ne de sa jus­ti­ce et com­met l’ini­quité, et meurt pour cela, il meurt à cau­se de l’ini­quité qu’il a com­mi­se.” (Éz. 18 : 26.)

Bien que le prophè­te écrit ain­si, Dieu ne veut pas se ven­ger sur un pécheur. Il veut ra­me­ner l’égaré en com­mu­ni­on avec lui. Dieu a un plan de sal­va­ti­on, et il nous ai­de lui-même.

Dieu fait-il le mal?

Le prophè­te Ézéchiel vit l’in­fidé­lité du peup­le d’Is­raël. Dans le cha­pit­re 18 de son liv­re, il par­le des péchés des Is­raé­liens. Les Is­raé­liens avai­ent mélangé des cul­tes des peup­les voi­sins à leur ser­vi­ce de Dieu. Par consé­qu­ent, les Is­raé­liens avai­ent com­mencé à ado­rer des ido­les, et une part de leurs of­f­ran­des étai­ent tomb­ées ent­re de mau­vai­ses mains. Les usu­riers cu­pi­des avai­ent har­celé des débi­teurs, et l’adultè­re avait sus­cité de l’an­gois­se.

Ézéchiel dit: ”Pour­quoi di­tes-vous ce pro­ver­be dans le pays d’Is­raël: Les pères ont mangé des rai­sins verts, et les dents des en­fants en ont été agac­ées?” Cet­te phrase il­lust­re l’ef­fet du mal qui s’étend de généra­ti­on en généra­ti­on.

Dieu se mit en colè­re cont­re son peup­le. À cau­se de cela, Ézéchiel prévoit un châti­ment dans le­qu­el Dieu ju­ge­ra son peup­le: ”Voi­ci, tou­tes les âmes sont à moi; l’âme du fils com­me l’âme du père, l’une et l’aut­re sont à moi; l’âme qui pèche, c’est cel­le qui mour­ra.” (Éz. 18 : 4.) Dieu fait-il le mal en aver­tis­sant du ju­ge­ment qui est à ve­nir?

Le péché d’un in­di­vi­du ou ce­lui de la com­mu­nauté?

L’An­cien Tes­ta­ment par­le sou­vent d’Is­raël, du peup­le de Dieu, com­me d’une per­son­ne dont il exi­ge une fidé­lité ab­so­lue. Com­me Dieu exi­ge­ait que le peup­le en­tier soit fidè­le, il im­pu­tait même les trang­res­si­ons d’un in­di­vi­du au peup­le. Si le peup­le de Dieu ac­cep­tait des mal­fai­teurs par­mi eux, il de­ve­nait dans son en­semb­le par­ti­ci­pant de leurs transg­res­si­ons. Ézéchiel aver­tit du re­jet de la vo­lonté de Dieu et des dan­gers qui en résul­tent.

La dif­fi­culté de re­con­naît­re son prop­re défaut

Il est dif­fi­ci­le de re­con­naît­re son prop­re défaut ou ce­lui de la com­mu­nauté. Sou­vent nous pen­sons que nous som­mes im­pec­cab­les nous-mêmes.

Il me vient à l’esp­rit un événe­ment qu’a vécu une fa­mil­le ha­bi­tant sur une île. Une trou­vail­le pre­cie­u­se s’échoua sur le ri­va­ge de l’île. La loi exi­ge­ait qu’on la déclare auprès des au­to­rités et qu’on en paye les frais de dou­a­ne. Cela sus­ci­ta une dis­cus­si­on mou­ve­ment­ée dans la fa­mil­le. Fi­na­le­ment, les memb­res de fa­mil­le se mi­rent d’ac­cord et décidè­rent d’agir con­formé­ment à la loi.

Avec cet­te de­ci­si­on, un nou­ve­au problè­me sur­git, car la fa­mil­le vou­lait pa­yer les frais de dou­a­ne aus­si pub­li­qu­e­ment que pos­sib­le. Ils vou­lai­ent fai­re voir qu’ils étai­ent im­pec­cab­les. La fa­mil­le pauv­re vainc la ten­ta­ti­on du vol mais ce­pen­dant el­le tom­be dans le péché de l’or­gu­eil spi­ri­tu­el.

Cha­qun peut ra­con­ter des ex­pe­rien­ces sur la compé­ti­ti­on mu­tu­el­le, la cu­pi­dité, la ja­lou­sie et l’or­gu­eil. Mal­heu­reu­se­ment, il ne nous est pas rare de mont­rer not­re piété alors qu’il nous est extrê­me­ment dif­fi­ci­le, même im­pos­sib­le, de re­con­naît­re not­re prop­re défaut. Lors d’une qu­e­rel­le, nous pen­sons sou­vent que c’est l’aut­re per­son­ne qui a des défauts.

Le pas­sa­ge du liv­re d’Ézéchiel nous in­ci­te à re­gar­der not­re prop­re vie dans la mi­roir de la Pa­ro­le de Dieu. La cons­cien­ce liée à la Pa­ro­le de Dieu révèle ce que l’hom­me ne re­mar­que pas ou ce qu’il voud­rait couv­rir ou mi­ni­mi­ser.

Je vous don­ne­rai un cœur nou­ve­au

Dieu peut sus­ci­ter la vo­lonté de se con­ver­tir et don­ner de la for­ce pour se re­pen­tir. Dieu ne sou­hai­te pas la mort à un pécheur, même si ce­lui-ci est tombé dans un péché grave, bien que se­lon not­re sen­ti­ment de jus­ti­ce une tel­le con­dam­na­ti­on puis­se être mérit­ée. Dieu a un plan de sal­va­ti­on: ”Con­ver­tis­sez-vous, re­tour­nez.” On peut re­je­ter tous les péchés, l’an­cien­ne vie et l’aban­don de la foi dans le re­pen­tan­ce. Le par­don des péchés au nom et au sang de Jésus don­ne nais­san­ce à une nou­vel­le vie; il met un esp­rit nou­ve­au dans le cœur.

L’hom­me n’est pas ca­pab­le de se fai­re un esp­rit nou­ve­au ou un cœur nou­ve­au. C’est Dieu qui peut pu­ri­fier: ”Je vous don­ne­rai un cœur nou­ve­au, et je met­t­rai en vous un esp­rit nou­ve­au; j’ôte­rai de vot­re corps le cœur de pier­re, et je vous don­ne­rai un cœur de chair.” (Éz. 36 : 26.)

Dieu d’Ézéchiel agit de la même ma­niè­re que le père du fils pro­di­gue: il par­don­ne. L’évan­gi­le du ro­yau­me de Dieu ai­de un pécheur à re­pen­tir et à se con­ver­tir. Il don­ne un esp­rit de l’en­fant de Dieu.

Tex­te : Juho Kop­pe­roi­nen

Sour­ce : Jour­nal de Mis­si­on de Sion 1/2016

Tra­duc­ti­on : M. P.

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä nu­me­ros­sa 10.5.2017

28.11.2021

– Hoo­si­an­na! Siu­nat­tu ol­koon hän, joka tu­lee Her­ran ni­mes­sä! Siu­nat­tu isäm­me Daa­vi­din val­ta­kun­ta, joka nyt tu­lee! Hoo­si­an­na kor­keuk­sis­sa! Mark. 11:9–10

Viikon kysymys