JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

Jésus, le vain­qu­eur des ten­ta­ti­ons

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
15.11.2017 6.59

Juttua muokattu:

1.1. 11:20
2020010111203520171115065900

A la priè­re Not­re Père nous de­man­dons « Ne nous sou­mets pas à la ten­ta­ti­on ». Les ten­ta­ti­ons sont des séduc­ti­ons qui, si nous les ap­p­rou­vons, nous amè­nent aux mau­vai­ses ac­ti­ons, c’est-à-dire aux péchés.

On exp­li­que dans Le Grand Catéc­his­me de Mar­tin Lut­her, que nous som­mes tentés par not­re chair, le Mon­de et l’en­ne­mi des âmes. La chair sig­ni­fie not­re hu­ma­nité qui est inf­lu­enc­ée par le péché ori­gi­nel. Le Mon­de sig­ni­fie des non-cro­yants qui se sont égarés de Dieu. L’en­ne­mi des âmes est l’op­po­sant de Dieu qui cherc­he par tous les mo­yens à gêner le bon tra­vail de Dieu.

Tous ses trois ad­ver­sai­res nous rap­por­tent des si­tu­a­ti­ons sédui­san­tes qui nous sont dif­fi­ci­les à empêc­her. Lut­her dit que nous ne pou­vons pas par nos prop­res for­ces empêc­her des ten­ta­ti­ons. C’est pour­quoi nous de­vons prier Dieu de tout not­re co­eur : « Ne me per­met pas de tom­ber à la ten­ta­ti­on ».

Les ten­ta­ti­ons sédui­sent

Le di­ab­le, l’en­ne­mi des âmes, a tenté même Jésus. Qu­and Jésus avait faim il a de­mandé à Jésus de trans­for­mer les pier­res aux pains. Nous avons ap­p­ris des ten­ta­ti­ons de Jésus que sou­vent les ten­ta­ti­ons n’ont pas l’air d’être dan­ge­reu­ses ou faus­ses. L’en­ne­mi sait uti­li­ser de bon­nes cho­ses à ses ob­jec­tifs. Qu’est-ce qu’il y a de faux si on man­ge qu­and on a faim ?

L’en­ne­mi sait pro­fi­ter des si­tu­a­ti­ons où nous som­mes faib­les. Ce­lui qui a faim, il séduit par le man­ger. Mais pour­quoi Jésus n’a-t-il pas trans­formé les pier­res aux pains ? Il n’ob­éis­sait pas au Di­ab­le, mais il répon­dit : « L’hom­me ne viv­ra pas de pain seu­le­ment, mais de tou­te pa­ro­le qui sort de la bouc­he de Dieu. » (Mat­th 4 : 4) Jésus en­seig­na que la Pa­ro­le de Dieu nour­rit l’âme de l’hom­me.

L’en­ne­mi ne vainc pas la Pa­ro­le de Dieu

Le Di­ab­le séduit l’hom­me au péché en lui pro­met­tant qu­el­que chose de grand. En ef­fet, il a pro­mis la pro­tec­ti­on par­fai­te de Dieu à Jésus. Pour­tant, le Di­ab­le n’agit pas se­lon ses pro­mes­ses. Il n’est même pas ca­pab­le d’as­su­rer que Dieu nous préser­ve d’un dan­ger si nous nous y met­tons in­ten­ti­on­nel­le­ment.

L’en­ne­mi est men­teur et le père du men­son­ge (Jean 8 : 44). Il n’es­saie même pas de gar­der la vérité, mais il uti­li­se des men­son­ges et de faus­ses pro­mes­ses. Jésus a vain­qu tou­tes les ten­ta­ti­ons du Di­ab­le par la Pa­ro­le de Dieu. Il a tou­jours répon­du simp­le­ment com­ment est écrit dans la Bib­le. Jésus n’a pas com­mencé à dis­pu­ter et il n’a non plus es­sa­yé d’être plus ta­len­tu­eux que l’en­ne­mi. Il n’a pas es­sa­yé de con­vainc­re l’en­ne­mi par ses prop­res for­ces mais a in­vo­qué Dieu et sa Pa­ro­le.

De­vant la vérité de la Pa­ro­le de Dieu, le Di­ab­le ne peut rien. Par cont­re, il doit tou­jours céder et avan­cer à une nou­vel­le ten­ta­ti­on. On ne peut pas rend­re la Pa­ro­le de Dieu inu­ti­le car cet­te Pa­ro­le du­re­ra éter­nel­le­ment.

Jésus n’est pas tombé à la ten­ta­ti­on

Jésus a expé­ri­menté tou­tes nos ten­ta­ti­ons. Il les a vain­qu­es, car il n’a pas com­mis de péché. Nous ne som­mes pas ca­pab­les de vainc­re nos ten­ta­ti­ons. Par­fois nous ne les vo­yons même pas en avan­ce. Nous som­mes faib­les de­vant el­les, Jésus le sait.

Dans l’épit­re aux Hébreux on nous con­so­le : « Car nous n’avons pas un sou­ve­rain sac­ri­fi­ca­teur qui ne puis­se com­pa­tir à nos faib­les­ses ; au cont­rai­re, il a été tenté com­me nous en tou­tes cho­ses, sans com­met­t­re de péché. Ap­p­roc­hons-nous donc avec as­su­ran­ce du trône de la grâce, afin d’ob­te­nir misé­ri­cor­de et de trou­ver grâce, pour être se­cou­rus dans nos be­soins. » (Hébr 4 : 15–16)

Not­re Sau­veur im­ma­culé peut nous déliv­rer de nos péchés. Au trône de la grâce dans le ro­yau­me de Dieu, on nous prêche tou­jours le par­don de tous nos péchés au nom de Jésus et à son sang.

Tex­te : Ilk­ka Leh­to

Sour­ce : Päi­vä­mies 6/2016

Tra­duc­ti­on : EA

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä nu­me­ros­sa 15.11.2017

28.11.2021

– Hoo­si­an­na! Siu­nat­tu ol­koon hän, joka tu­lee Her­ran ni­mes­sä! Siu­nat­tu isäm­me Daa­vi­din val­ta­kun­ta, joka nyt tu­lee! Hoo­si­an­na kor­keuk­sis­sa! Mark. 11:9–10

Viikon kysymys