JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

Pen­se à moi

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
5.12.2019 15.39

Juttua muokattu:

2.1. 11:02
2020010211022720191205153900

« Sou­viens-toi de moi qu­and tu t’ap­p­roc­hes le Père Célèste. » De nomb­reux per­son­nes m’ont dit ain­si en fai­sant leurs adie­ux. Ou tout simplé­ment : « Pen­se à moi. »

J’ai pensé que cet­te de­man­de n’a pas été une bel­le ma­niè­re seu­le­ment, mais un re­cours d’un faib­le chrétien qui voud­rait qu’on prie pour lui. Ce­lui qui présen­te une tel­le de­man­de veut sur­tout gar­der la foi et ar­ri­ver au ciel.

Il me vient à l’esp­rit de temps en temps un ami avec qui j’ai parlé des qu­es­ti­ons cru­ci­a­les de la vie. Il gar­dait un sou­ve­nir dou­lou­reux du mo­ment où il avait re­noncé à la foi per­son­nel­le.

Pour­tant, il ne m’a pas exp­li­qué pour­quoi il avait re­nié sa foi. Il a dit que tu le sais bien, le péché em­por­te la foi du cœur. Je lui ai dit : « Mais tu as bien le droit de croi­re la rémis­si­on de tes péchés. C’est avec plai­sir que je te prêche le par­don au nom et au sang de Jésus. »

« Oui, je le sais mais pas main­te­nant. Je vais cer­tai­ne­ment fai­re la re­pen­tan­ce plus tard. » Mal­heu­reu­se­ment le bon mo­ment n’est ja­mais venu. C’est avec reg­ret que j’ai réfléchi à ses mots qu­and j’ai ap­p­ris la nou­vel­le de sa mort.

J’ai aus­si un aut­re sou­ve­nir d’une per­son­ne qui avait l’ha­bi­tu­de de me dire : « écou­te, j’ai pro­mis à Dieu de ne pas aban­don­ner cet­te foi. »

J’ai pris l’ha­bi­tu­de de répond­re à cet­te pro­mes­se con­fi­an­te : « Il vaut miex de ne pas trop pro­met­t­re com­me nous ne som­mes que les faib­les cro­yants. Si Dieu le per­met, nous avons la vo­lonté de croi­re et d’ar­ri­ver au ciel. »

La foi a une na­tu­re po­si­ti­ve et el­le don­ne les cho­ses mer­veil­leu­ses à not­re vie. L’Apôpt­re énumè­re les fruits de l’Esp­rit : l’amour, la joie, la paix, la pa­tien­ce, la bonté, la bénig­nité, la fidé­lité, la dou­ceur et la tempé­ran­ce.

Ne sont-ils pas tous les dons dont cha­cun de nous voud­rait se pro­fi­ter pen­dant la vie tem­po­rel­le ? Ils ne résul­tent pour­tant pas de nos ac­tes mais Dieu les don­ne com­me ca­de­au. En plus de ces fruits, que nous ne re­con­nais­sons pas en nous-même, Dieu don­ne la vie éter­nel­le aux siens.

Ce mon­de im­po­se de stric­tes exi­gen­ces à la foi. Un hom­me cro­yant dev­rait être par­fait, sans chu­tes et ac­tes im­mo­raux. Une chute d’une per­son­ne cro­yan­te est une gran­de nou­vel­le par la­qu­el­le on veut décla­rer que la foi n’ai­de fi­na­le­ment pas du tout.

Les chu­tes et le péché sont les cho­ses tris­tes et fa­mi­liè­res aux cro­yants aus­si. Si j’étais un hom­me par­fait, je n’au­rais pas be­soin de grâce, ni de rémis­si­on des péchés, ni de foi.

Ce­lui qui est faib­le a son se­cours en Dieu, com­me l’écrit l’au­teur du Psau­me :

« Eter­nel! j’élève à toi mon âme. Mon Dieu! en toi je me con­fie. » (Ps 25 : 1–2)

Si nous met­tons con­fi­an­ce en nos for­ces, nous nous con­sidé­rons com­me di­ri­ge­ants de la vie ac­tu­el­le ain­si que la vie fu­tu­re. Nous pou­vons es­sa­yer de défi­nir not­re re­pen­tan­ce et not­re fu­tur.

En fin de comp­te, nous ne pou­vons pas contrô­ler nos vies ; même les meil­leu­res ten­ta­ti­ves se ter­mi­nent en ca­tast­rop­he. La mort est le sa­lai­re du péché.

L’apôt­re Paul écrit : « Ain­si donc l’élec­ti­on ne dépend ni de la vo­lonté, ni des ef­forts, mais de Dieu qui fait misé­ri­cor­de. » (Rom 9 : 16).

Mon père avait l’ha­bi­tu­de de me dire pen­dant nos con­ver­sa­ti­ons sur la re­pen­tan­ce et la foi : « Je vais croi­re, si Dieu me mont­re jus­te un mi­rac­le. » Je lui ai listé des mi­rac­les de Dieu mais ils ne sus­ci­tai­ent pas l’intérêt en­vers la foi en lui.

Au cont­rai­re, mes mots l’ont énervé. Ils n’ont pas aidé à main­te­nir une bon­ne re­la­ti­on avec mon père, donc j’ai évité de lui par­ler de la foi.

Même si je n’ai rien parlé, Dieu a agi en mon père. Par une ma­la­die, Dieu l’a préparé pour le mi­rac­le le plus grand, c’est-à-dire, re­ce­voir per­son­nel­le­ment la grâce de Dieu.

à la de­man­de de ma mère, je suis al­lé voir mon père à son che­vet. Qu­and j’ai ba­vardé avec lui des su­jets tem­po­rels, il m’a dit : « Ce gen­re de cho­ses ne m’inté­res­sent plus. »

éton­né, j’ai de­mandé : « Tu t’inté­res­ses aux qués­ti­ons de la foi ? » Il a répon­du oui.

Il était un mo­ment jo­yeux de lui prêcher le par­don de tous les péchés au nom de Jésus et en son sang ex­pi­a­toi­re. Les pleurs sont trans­formés en joie et nous avons tous les deux éprouvé une paix mi­ra­cu­leu­se.

Nous nous som­mes ser­rés les bras et mon père me pa­raîs­sait en­co­re plus cher qu’avant. Les mots de l’apôt­re Paul me vien­nent à l’ésprit qu­and je pen­se à ce mo­ment précie­ux :

« Ain­si, il fait misé­ri­cor­de à qui il veut. »

(Rom 9 : 18)

Aux deux côtés de la croix de Jésus étai­ent pen­du les bri­gands qui avai­ent été jugés à la mort à cau­se de leurs mau­vais œuv­res. L’un des mal­fai­teurs s’est joint aux blasphè­mes et in­ju­ri­ait Jésus en de­man­dant un « mi­rac­le » di­sant : « N’es-tu pas le Christ? Sau­ve-toi toi-même, et sau­ve-nous! » (Luc 23 : 42)

Le cœur de l’aut­re mal­fai­teur s’est ou­vert qu­and il a en­ten­du com­ment Jésus a parlé à son Père et com­ment il a prié son Père pour ceux qui lui fai­sai­ent le mal. Il s’est donc tourné vers Jésus en di­sant : « Sou­viens-toi de moi, qu­and tu viend­ras dans ton règne » (Luc 23 : 42).

Jésus a en­ten­du la de­man­de et aidé le bri­gand : « Je te le dis en vérité, au­jourd’hui tu se­ras avec moi dans le pa­ra­dis » (Luc 23 : 43).

Une per­son­ne cro­yan­te est un en­fant de Dieu et ha­bi­tant de ro­yau­me de Dieu. Nous pri­ons com­me le fait l’au­teur du Psau­me : « Eter­nel! sou­viens-toi de ta misé­ri­cor­de et de ta bonté » (Ps. 25 : 6). En com­pag­nie du peup­le de Dieu nous pou­vons éprou­ver une for­te com­mu­ni­on et prier se­lon les pa­ro­les d’un chant de Sion : « Nous nous por­tons l’un l’aut­re au pro­pi­ti­a­toi­re et dans nos priè­res nous nous sou­ve­nons l’un de l’aut­re. Sur le che­min, nous som­mes dans les soins du Bon Ber­ger et nous le sui­vons en­semb­le. »

(Chant de Sion 122 : 2)

Tex­te : Ola­vi Val­li­vaa­ra

Tra­duc­ti­on : LMK

Ce tex­te est un blog du jour­nal Päi­vä­mies, pub­lié en lig­ne le 9 juin 2019.

25.10.2020

Jee­sus sa­noi ope­tus­lap­sil­le: "Men­kää, minä lä­he­tän tei­dät kuin lam­paat su­sien kes­kel­le. Äl­kää ot­ta­ko mu­kaan­ne ra­ha­kuk­ka­roa, äl­kää lauk­kua äl­kää­kä jal­ki­nei­ta." Luuk. 10:3–4

Viikon kysymys