JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

La foi vient de ce qu’on en­tend

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
24.11.2015 12.00

Juttua muokattu:

1.1. 23:21
2020010123213920151124120000

Be­au­coup par­mi le peup­le d’Is­raël ont en­ten­du l’en­seig­ne­ment de Jésus, mais tous n’ont pas agi se­lon cet en­seig­ne­ment. Pour eux, cet­te prédic­ti­on du prophè­te s’est ac­comp­lie : « Ils ont en­dur­ci leurs oreil­les, et ils ont fermé leurs ye­ux, de peur qu’ils ne voi­ent de leurs ye­ux, qu’ils n’en­ten­dent de leurs oreil­les, qu’ils ne comp­ren­nent de leur cœur, qu’ils ne se con­ver­tis­sent » (Matt. 13 : 15). La pa­ro­le en­ten­due n’a pas at­teint leur cœur. L’écou­te de la pa­ro­le ne leur a ser­vi de rien, car ils n’y ont pas cru. (Hébr. 4 : 2.)

La de­man­de « Par­le, Seig­neur, moi, ton ser­vi­teur, j’écou­te » (1 Sam 3 : 10) est néces­sai­re pour tous ceux qui as­sis­tent à la réu­ni­on, aus­si bien pour les en­fants de Dieu, que pour ceux qui cherc­hent le ro­yau­me de Dieu et le Dieu misé­ri­cor­die­ux. Dieu peut ouv­rir les oreil­les, soi­ent les oreil­les du cœur, à en­tend­re. (Ps. 40 : 7.)

La foi est une œuv­re de Dieu

Dieu peut éveil­ler l’hom­me inc­ro­yant de di­ver­ses ma­niè­res, pour qu’il écou­te la pa­ro­le de Dieu. Les suc­cès et les per­tes qu’on a subi dans la vie, la ma­la­die per­son­nel­le ou cel­le d’une proc­he, la mort d’une per­son­ne proc­he, l’exemp­le ou le mode de vie des proc­hes ar­rê­tent l’hom­me à étu­dier sa prop­re vie au point de vue de l’éter­nité.

Pour­tant, Dieu nous ar­rê­te par­ti­cu­liè­re­ment par sa pa­ro­le. Lors­que la cons­cien­ce de Mar­tin Lut­her s’était éveil­lé, il eut du chag­rin à cau­se de ses prop­res péchés. « Mes péchés, mes péchés, mes grands péchés », s’est-il la­menté. La chose la plus im­por­tan­te de­vint la qu­es­ti­on : « Où puis-je trou­ver le Dieu misé­ri­cor­die­ux et com­ment de­viens-je l’en­fant de Dieu ? »

Lut­her en­seig­nait : « Je crois que je ne puis, par ma rai­son et mes prop­res for­ces, croi­re en Jésus-Christ, mon Seig­neur, ni ve­nir à lui. Mais que le Saint-Esp­rit m’a ap­pelé par l’évan­gi­le, qu’il m’a éclairé de ses dons, m’a sanc­ti­fié et m’a main­te­nu dans la vraie foi, de même qu’il ap­pel­le, as­semb­le, éclai­re et sanc­ti­fie tou­te la chrétienté de la ter­re et la main­tient, en Jésus-Christ, dans l’unité de la vraie foi. » (Le Pe­tit catéc­his­me)

Le Saint-Esp­rit a une Église sur la ter­re. Se­lon Lut­her, « el­le est la mère qui en­fan­te et qui por­te tout chrétien par la pa­ro­le di­vi­ne » (Le Grand catéc­his­me).

Jésus a lais­sé à ses prop­res dis­cip­les le pou­voir de par­don­ner les péchés. La rémis­si­on des péchés est la véri­tab­le voix de l’évan­gi­le. El­le con­so­le et cal­me la cons­cien­ce. « Ain­si la foi vient de ce qu’on en­tend », com­me le dit Paul. Jésus a dit aux siens : « Ce­lui qui vous écou­te m’écou­te. »

Dans l’Église de Dieu, il y a l’évan­gi­le qui est vi­vant et fait l’hom­me vi­vant par le Saint-Esp­rit. Au mo­yen de l’évan­gi­le, Dieu fait l’hom­me naît­re de nou­ve­au à son en­fant. Pour cet­te rai­son, il est im­por­tant de trou­ver les gens cro­yants qui, com­me ha­bi­tants du ro­yau­me de Dieu, s’oc­cu­pent du mi­nistè­re du Saint-Esp­rit : par l’evan­gi­le, ils déliv­rent l’hom­me des liens du péché.

Dans sa « Pos­til­le de l’église » (en an­cien fran­çais « pos­til­le » , sy­no­ny­me ac­tu­el « homé­lie » , une col­lec­ti­on d’exp­li­ca­ti­ons de tex­tes de la Bib­le), Lut­her nous en­seig­ne : « La foi ne vient ni res­te aut­re­ment que par l’écou­te et par le prêche oral de l’évan­gi­le : c’est ain­si que la foi aus­si bien com­men­ce que gran­dit, soit se raf­fer­mit. »

Seu­le­ment par la grâce et par le mérite du Christ

La foi est le don de Dieu. Cha­cun est né dans ce mon­de com­me pos­ses­seur de ce don. À ceux qui ont per­du la foi d’en­fan­ce, Dieu don­ne la foi au mo­yen de l’évan­gi­le, an­noncé par le Saint-Esp­rit dans son ro­yau­me. Ce n’est que par la foi, que l’on est agr­éab­le à Dieu.

L’ob­jet de la foi est Jésus-Christ. Le Christ, qu’est-ce qu’il a fait ? Qu’est-ce qu’il a mérité ? Cet­te qu­es­ti­on est répon­due par la vérité de l’évan­gi­le : il a rac­heté l’hom­me du péché, du pou­voir du di­ab­le et de la mort éter­nel­le. Qu­and nous pos­sé­dons le Christ par la foi, nous avons la jus­ti­ce et la vie.

Le don de la foi est dig­ne d’être con­servé et soigné. Pour cela, on a be­soin de tous les mo­yens de grâce de Dieu. Dans le sac­re­ment de la Sain­te Cène, à sa­voir le pain et le vin, le Christ ren­for­ce la foi et aug­men­te l’es­poir. Dans la priè­re, il est bon de par­ler au Père céles­te des cho­ses qui pèsent sur la cons­cien­ce, et de le re­mer­cier pour ses dons et son ai­de. La ren­cont­re des cro­yants aux réu­ni­ons et les con­ver­sa­ti­ons avec les amis du che­min et du vo­ya­ge, en­cou­ra­gent les memb­res de la fa­mil­le de Dieu au com­bat de la foi. Dans l’Église de Dieu, on uti­li­se aus­si le don précie­ux de la con­fes­si­on : l’en­fant gra­cié de Dieu a le droit et la pos­si­bi­lité de ra­con­ter au con­fes­seur les cho­ses qui pèsent sur sa cons­cien­ce, et d’en­tend­re le mes­sa­ge doux de la rémis­si­on des péchés. Le con­fes­seur peut ser­vir cha­que cro­yant, aus­si bien un hom­me qu’une fem­me.

Pour qu’on pren­ne soin de la vie de foi, la pa­ro­le de Dieu, aus­si bien lue qu’en­ten­due, est es­sen­tiel­le. L’apôt­re Paul nous con­seil­le à la lec­tu­re de la Bib­le en rap­pe­lant que « tou­te Écri­tu­re est ins­pir­ée de Dieu, et uti­le pour en­seig­ner, pour con­vainc­re, pour cor­ri­ger, pour inst­rui­re dans la jus­ti­ce, afin que l’hom­me de Dieu soit ac­comp­li et prop­re à tou­te bon­ne œuv­re » (2 Tim 3 : 16–17). Paul en­cou­ra­ge Ti­moth­ée : « Toi, de­meu­re dans les cho­ses que tu as ap­p­ri­ses, et re­con­nu­es cer­tai­nes, sac­hant de qui tu les as ap­p­ri­ses ; dès ton en­fan­ce, tu con­nais les sain­tes let­t­res, qui peu­vent te rend­re sage à sa­lut par la foi en Jésus Christ » (2 Tim. 3 : 14–15.)

Le troi­siè­me com­man­de­ment, ent­re aut­res, nous gui­de à l’écou­te de la pa­ro­le de Dieu. Lut­her l’exp­li­que : « Nous de­vons craind­re et ai­mer Dieu, afin de ne pas mépri­ser sa pa­ro­le et la prédi­ca­ti­on, mais de la res­pec­ter et de prend­re plai­sir à l’en­tend­re et à l’étu­dier » (Le Pe­tit catéc­his­me). L’étude et l’écou­te de la pa­ro­le sont le meil­leur cul­te et une très bon­ne ha­bi­tu­de de pas­ser le jour du re­pos.

La foi est une chose per­son­nel­le du cœur. C’est pour­quoi il est im­por­tant de veil­ler dans la foi per­so­nel­le, et d’écou­ter la pa­ro­le de Dieu et l’évan­gi­le. Il y a de rai­son de prier que Dieu gar­de dans not­re cœur la vo­lonté d’écou­ter et d’ap­p­rend­re sa pa­ro­le. Il est dan­ge­reux de se las­ser de la pa­ro­le de Dieu. L’apôt­re en prévient avec un exemp­le de qu­el­qu­es-uns dans l’Église des Hébreux : « N’aban­don­nons pas not­re as­sembl­ée, com­me c’est la cou­tu­me de qu­el­qu­es-uns ; mais ex­hor­tons-nous récip­ro­qu­e­ment, et cela d’au­tant plus que vous vo­yez s’ap­p­roc­her le jour. » (Héb 10 : 25.)

L’ob­éis­san­ce de la foi

Com­me maît­re à cha­cun de ses en­fants, Dieu a don­né le Saint-Esp­rit. Il nous con­seil­le à s’ef­for­cer com­me en­fant de Dieu. Com­me Esp­rit de Dieu, il nous con­duit sur le che­min res­ser­ré de vie vers le but. Il nous con­seil­le à re­je­ter le péché et nous gui­de auprès des sour­ces de l’évan­gi­le. Dans l’Église de Dieu, il joint, par les liens de l’amour, les en­fants de Dieu à une fa­mil­le. Les memb­res de cet­te fa­mil­le sont di­rigés par l’Esp­rit de Dieu, à vo­ya­ger en se sou­te­nant les uns les aut­res au mo­yen de la pa­ro­le de Dieu. Ce maît­re at­tend que son en­fant ait un esp­rit pa­reil à l’en­fant et un cœur ob­éis­sant. Nous pri­ons que nous so­yons gardés dans le trou­pe­au du Bon Ber­ger, afin d’ar­ri­ver au but de la foi, à sa­voir la béa­ti­tu­de des âmes.

Dieu bénit les en­fants ob­éis­sants. Que la de­man­de de cha­cun de nous soit cel­le du jeu­ne Sa­mu­el : « Par­le, Seig­neur, moi, ton ser­vi­teur, j’écou­te » (1 Sam. 3 : 10).

Tex­te : Ai­mo Hau­ta­mä­ki

Tra­duc­ti­on : LL

Sour­ce : L’an­nu­ai­re de SRK 2000

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä kie­li­liit­tees­sä 24.11.2015.

5.7.2020

Jee­sus sa­noo: "Mene, älä­kä enää tee syn­tiä." Joh. 8:11

Viikon kysymys